Faits divers – Justice

Manche : un négationniste récidiviste devant la justice mercredi

Par Benoît Martin, France Bleu Cotentin mardi 10 février 2015 à 18:01

Coutances (Manche).
Coutances (Manche). © Par Ji-Elle (Travail personnel) - Creative commons

Un Saint-lois comparaîtra mercredi devant le tribunal correctionnel de Coutances pour propos négationnistes. Agé de 44 ans, il fait l'objet de plusieurs plaintes après avoir diffusé une vidéo en février sur internet.

Le prévenu est un récidiviste déjà condamné à plusieurs reprises pour ses propos négationnistes (1992, 2004 et 2007). Par ailleurs, en novembre dernier il écopait de 6 mois de prison avec sursis et 15.000 euros d'amende pour avoir utilisé à ses fins des caricatures de Charlie hebdo. Aujourd'hui il est à nouveau visé par plusieurs plaintes pour diffusion sur le net d'une vidéo dans laquelle il remet en cause l’extermination des déportés juifs, et dénonce le devoir de mémoire transmis aux jeunes générations mais aussi la visite des camps de concentration par des élèves de collèges et lycées. Une première plainte est alors déposée celle de la Westlake Brothers Souvenir. Une association normande consacrée aux soldats canadiens en 1944. Une deuxième émane d'une école de Trévières dans le Calvados, sans oublier celle de la Licra (ligue internationale contre le racisme et l'antisémitisme).

Des exercices de calcul sur la mortalité dans les camps de concentration

L'homme qui comparaîtra mercredi après-midi à Coutances s'est engagé sur le terrain du révisionnisme dès la fin de ses études. Exclu de l’école d’ingénieurs de Caen pour diffusion de tracts au début des années 1990, il devient 6 ans plus tard, professeur de maths à Honfleur. Là il proposait à ses élèves des exercices de calcul sur la mortalité à Dachau, ce qui lui vaudra d’être exclu de l’Éducation nationale. En 2007 il avait déjà été condamné par un tribunal du Bas-Rhin pour avoir écrit et fait distribuer la brochure « Holocauste, ce que l’on vous cache » auprès de musées, de syndicats d’initiative et de mairies d’Alsace. Interpellé il y a 4 ans en Belgique où il s’était réfugié, il avait été extradé vers la France et incarcéré à Valenciennes pour purger sa peine. Aujourd'hui domicilié sur Saint-Lô, et alors que le parquet de Caen a transmis les différentes plaintes à celui de Coutances. Le prévenu encourt un an de prison et 45 000 € d’amende.