Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice
Dossier : Mouvement des "gilets jaunes"

Manif tendue devant Amazon : un nouveau "gilet jaune" condamné

-
Par , France Bleu Drôme Ardèche

Encore un gilet jaune condamné dans la Drôme ce lundi. C'est un homme de 42 ans qui est reparti du tribunal de Valence avec une peine de trois mois de prison avec sursis pour avoir jeté des projectiles sur les forces de l'ordre devant Amazon mi-décembre à Montélimar (Drôme).

archives.  Barrage de gilets jaunes devant le site d'Amazon à Montélimar
archives. Barrage de gilets jaunes devant le site d'Amazon à Montélimar © Radio France - pierre jean pluvy

Montélimar, France

Ce "gilet jaune" a reconnu devant le tribunal être venu tout exprès d'Apprieu, près de Voiron en Isère pour manifester devant le site d'Amazon à Montélimar, le 15 décembre dernier. Il a aussi avoué avoir acheté le parfait attirail du manifestant pour l'occasion. Masque à gaz et deux paires de lunettes de piscine, pour éviter le gaz lacrymogène.

Manifestation tendue 

Et ce jour-là, lors de l'acte V des "gilets jaunes",  il y en a eu du gaz lacrymogène devant Amazon. La situation s’était tendue en fin d’après-midi. A cause des fumées des feux de palette, il avait fallu évacuer le Mac do voisin. Lorsque les forces de l'ordre avaient donné l'ordre de dispersion, personne n'avait bougé au contraire. C'est a cet instant que le gilet jaune venu de l’Isère a lancé des projectiles sur les gendarmes mobiles. 

"Ce n’était pas des pierres mais des galets de lacrymo, c'est eux qui avaient les armes pas moi" a détaillé l’homme à la barre. Mais pour la justice ce routier, père de trois enfants a bien participé à un attroupement avec arme (les projectiles). "Il n'a aucun antécédent, il gagne mille cinq cent euros par mois. Il n'est pas en difficulté financière et il fait 200 km pour venir manifester Je veux aussi le taper au portefeuille" souligne le procureur. Le tribunal a suivi les réquisitions et condamné l'Isérois à 500 euros d'amende en plus des Ttrois mois de prison avec sursis. 

Choix de la station

France Bleu