Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Manifestants blessés au flash-ball à Montreuil : deux policiers condamnés à des peines de prison avec sursis

jeudi 21 juin 2018 à 16:21 Par Aurore Jarnoux, France Bleu Paris et France Bleu

Deux policiers ont été condamnés ce jeudi en appel à Paris pour avoir blessé deux manifestants en juillet 2009 à Montreuil. Les agents avaient utilisé leur flash-ball et un tir avait notamment blessé un homme très gravement à l’œil. Ils ont écopé de 7 à 18 mois de prison avec sursis.

Deux policiers ont écopé de sept à 18 mois de prison avec sursis.
Deux policiers ont écopé de sept à 18 mois de prison avec sursis. © Maxppp - Maxppp

Montreuil, France

Cette affaire est devenue le symbole des violences policières. Le 8 juillet 2009, des manifestants sont rassemblés devant un squat de Montreuil, en Seine-Saint-Denis. Les policiers interviennent alors pour les déloger. 

Un trentaine éborgné par un tir de flash-ball

Trois policiers ont alors utilisé, chacun à deux reprises, leur flash-ball, arme très critiquée depuis. Au total, six manifestants sont touchés. L'un d'entre eux, âgé de 34 ans, a même perdu un œil.

La justice a estimé que les blessures de quatre des six personnes touchées ne pouvaient être attribuées à un tir de flash-ball. En revanche, les policiers ont été condamnés pour les blessures infligées aux deux derniers manifestants.

Prison avec sursis et interdiction de port d'arme

Lors du procès en appel qui s'est tenu à Paris, l'agent qui a effectué le tir ayant éborgné le trentenaire écope de 18 mois de prison avec sursis et 24 mois d'interdiction de port d'arme. Une peine alourdie par rapport à celle prononcée en première instance par le tribunal de Bobigny. Un de ses collègues est lui condamné à sept mois de prison avec sursis et un an d'interdiction de port d'arme. Lui avait blessé un autre manifestant.

Le troisième policier mis en cause est relaxé. La cour d'appel a reconnu ce jeudi aux agents une circonstance atténuante : la défaillance de leur hiérarchie et son "absence d'instruction claire et précise" ce soir-là.