Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Manifestation anti-armement à Saint-Étienne : toujours pas d'interpellation un mois après

mercredi 23 novembre 2016 à 20:16 Par Angy Louatah, France Bleu Saint-Étienne Loire

Après un mois, l'enquête semble toujours aussi compliquée et ne donne aucun résultat.

Un message tagué pendant la manifestation sur une vitrine Place  Carnot
Un message tagué pendant la manifestation sur une vitrine Place Carnot © Radio France - Julien Corbière

Saint-Étienne, France

C'était le 22 octobre 2016. Une manifestation contre l'armement de la police avait fait de nombreux dégâts à Saint-Étienne. Des abribus, des horodateurs, des tags, des vitrines de banques et surtout le local du parti socialiste. La police avait expliqué qu'elle n’était pas intervenue pour éviter une dispersion du cortège en petits groupes. Résultat : aucune interpellation.

Aujourd'hui, pour les plaignants, principalement la ville de Saint-Étienne et le parti socialiste, il va falloir s'armer de patience. Peut-être même qu'il n'y aura rien au bout. Les relevés d'identité et les analyses des images de vidéo-surveillance ne donneraient absolument rien pour l'instant. L'enquête est en cours, explique le procureur. "Cela va être long, cela peut durer plusieurs mois et s'arrêter si cela ne donne rien", ajoute-t-il.

Le problème reste le même d'après les autorités. "Ce sont des professionnels, masqués et déguisés, difficiles à identifier, cela demande du temps", explique le procureur. C'était encore plus compliqué au moment fatidique : celui du saccage des locaux de la fédération du parti socialiste dans le quartier Jacquard, puisque aucune image n'a été enregistrée. Pierrick Courbon, du parti socialiste de la Loire, comprend d'ailleurs parfaitement la complexité de cette enquête : "Ces gens font cela tous les ans, ils sont habitués, il faut laisser la justice travailler".