Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Manifestation anti-masques à Berlin : le gouvernement allemand dénonce des dérapages "inacceptables"

-
Par , France Bleu

Le gouvernement allemand a dénoncé dimanche des dérapages "inacceptables" lors de la manifestation anti-masques à Berlin. 38.000 personnes ont défilé samedi contre les restrictions pour lutter contre l'épidémie de Covid-19. Certains ont tenté de pénétrer dans le Reichstag, symbole de la démocratie.

Des milliers de manifestants ont défilé à Berlin samedi contre les restrictions liées à l'épidémie de coronavirus.
Des milliers de manifestants ont défilé à Berlin samedi contre les restrictions liées à l'épidémie de coronavirus. © AFP - ACHILLE ABBOUD / NURPHOTO / NURPHOTO VIA AFP

Voir notamment des "extrémistes et des fauteurs de troubles" tenter de pénétrer de force dans le Reichstag, siège de la chambre des députés et "centre symbolique de notre démocratie", est "inacceptable". Horst Seehofer, le ministre allemand de l'Intérieur, dénonce ce dimanche les dérapages "inacceptables" intervenus lors de la manifestation anti-masques à Berlin. 

Selon la police, 38.000 personnes ont défilé dans les rues de la capitale allemande contre les restrictions mises en place afin de lutter contre l'épidémie de coronavirus. 

300 manifestants interpellés

Plusieurs centaines de personnes ont forcé des barrières de sécurité et un cordon de police pour monter sur les escaliers du Reichstag. Ils ont été empêchés de justesse de pénétrer dans l'enceinte du bâtiment. Au total, 300 manifestants ont été interpellés.

Pour le président allemand, Frank-Walter Steinmeier, "des drapeaux du Reich et des grossièretés d'extrême droite devant le Bundestag allemand sont une attaque insupportable contre le cœur de notre démocratie"."Nous n'accepterons jamais cela", a ajouté le chef de l'Etat. Le drapeau noir, blanc et rouge était l'étendard officiel de l'Allemagne sous le Troisième Reich, entre 1933 et 1935.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Le bâtiment, où se réunissent les députés allemands en session plénière, a une forte charge symbolique en Allemagne. Il a en effet été incendié en 1933 par les nazis, dans un acte perçu comme destiné à mettre à genoux ce qui restait de la démocratie allemande de l'entre-deux-guerres. "La pluralité d'opinions" est "une caractéristique du bon fonctionnement d'une société", a estimé le ministre de l'Intérieur. Mais la liberté de rassemblement "atteint ses limites là où les règles publiques sont piétinées" selon lui.

La police avait interrompu samedi la manifestation d'opposants au port du masque car la distanciation minimum n'était pas respectée selon les autorités. Après l'annonce de la dispersion, les manifestants étaient restés sur place, cirant "résistance !", puis "nous sommes le peuple !", un slogan employé par l'extrême droite.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess