Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers - Justice

Manifestation contre Emmanuel Macron aux Bouffes du Nord : le journaliste Taha Bouhafs remis en liberté

-
Par , France Bleu

Au lendemain d'une soirée mouvementée pour Emmanuel Macron le 17 décembre aux Bouffes du Nord, le journaliste militant Taha Bouhafs a été remis en liberté et va porter plainte. Il avait annoncé sur Twitter la présence du président parmi les spectateurs. Des manifestants ont tenté d'entrer.

Devant le théâtre des Bouffes du Nord à Paris, le soir du 17 décembre 2020.
Devant le théâtre des Bouffes du Nord à Paris, le soir du 17 décembre 2020. © AFP - LUCAS BARIOULET

Placé en garde à vue le soir du 17 décembre à Paris, Taha Bouhafs, journaliste pour le site Là-bas si j'y suis, a été libéré samedi en fin de journée. Vendredi soir, il avait annoncé sur Twitter la présence d'Emmanuel Macron parmi les spectateurs du théâtre des Bouffes du Nord. Des dizaines de manifestants se sont retrouvés aux portes de l'établissement et certains ont tenté d'y pénétrer, avant d'être repoussés par les forces de l'ordre.

Placé en garde à vue pour "participation à un groupement formé en vue de commettre des violences ou des dégradations et pour appel à une manifestation non déclarée", selon son avocat Arié Alimi, Taha Bouhafs a été placé sous le statut de témoin assisté. Il compte contre-attaquer. Me Alimi indique qu'il a déposé plainte "pour faux et usage de faux par des personnes dépositaires de l'autorité publique". Selon le journaliste lui-même, "l'histoire est loin d'être finie", comme il l'a déclaré sur Twitter. Il estime que "l'Elysée à commis une grave erreur en demandant (son) interpellation".

Une vingtaine de médias, collectifs et syndicats ont signé une tribune diffusée sur Twitter, pour demander l'abandon des charges contre Taha Bouhafs. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu