Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Manifestation contre la loi de Sécurité globale : près de 400 personnes à nouveau dans la rue ce samedi à Pau

-
Par , France Bleu Béarn Bigorre

Ils répondaient à l'appel de plusieurs organisations syndicales et politiques de gauches, rassemblées depuis fin novembre dans le collectif "Stop Loi de sécurité globale". Ils protestaient contre la validation par le Conseil d'État de l'élargissement des fichiers de renseignement.

Les manifestants s'étaient donné rendez-vous à 10h30 place de Verdun à Pau.
Les manifestants s'étaient donné rendez-vous à 10h30 place de Verdun à Pau. © Radio France - Manon Claverie

Près de 400 personnes ont manifesté, ce samedi matin à Pau (Pyrénées-Atlantiques), à l'appel du collectif "Stop loi de sécurité globale" - qui rassemble depuis la fin du mois de novembre des organisations politiques de gauche et écologistes, des syndicats, la Ligue des Droits de l'Homme et des gilets jaunes - pour demander l'abrogation de la loi. Ils protestaient en particulier contre la décision du Conseil d'État, au début du mois, de valider l'élargissement des fichiers de renseignement

Les anti-loi de Sécurité globale ont marqué une pause devant la mairie, avant de continuer vers la place Clemenceau et de rejoindre la place de Verdun par les Halles.
Les anti-loi de Sécurité globale ont marqué une pause devant la mairie, avant de continuer vers la place Clemenceau et de rejoindre la place de Verdun par les Halles. © Radio France - Manon Claverie

Ce "fichage des opinions politiques et syndicales", pour les manifestants, "est liberticide et remet en cause nos libertés fondamentales". Il est rendu possible par un décret, publié le 4 janvier après validation du Conseil d'État, autorisant policiers et gendarmes à faire mention des "opinions politiques", des "convictions philosophiques et religieuses" et de "l'appartenance syndicale" des personnes soupçonnées de terrorisme ou susceptibles de "porter atteinte à l'intégrité du territoire ou de ses institutions". Les troubles psychologiques ou psychiatriques, identifiants, photos et commentaires de réseaux pourront également y être recensés. 

80 rassemblements prévus en France

Ils demandent également l'abrogation de la loi de Sécurité globale, en particulier de son article 24 qui pénalise la diffusion malveillante de l'image des policiers, et les articles 21 et 22 qui portent sur l'utilisation de drones et de caméras piétons par les forces de l'ordre. 

80 manifestations étaient prévues partout en France ce samedi. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess