Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Manifestation des lycéens au Mans : de la casse et des tensions

jeudi 6 décembre 2018 à 10:55 - Mis à jour le jeudi 6 décembre 2018 à 16:02 Par Julie Le Duff, France Bleu Maine

Des lycéens de plusieurs établissements du Mans ont manifesté ce jeudi matin dans le centre-ville, dans une ambiance confuse, perturbée par quelques agitateurs. Il y a eu de la casse de mobilier public et des vols dans certains commerces.

Par peur des casseurs, les boutiques de la rue des Minimes au Mans gardent le rideau baissé au second passage de la manifestation des lycéens
Par peur des casseurs, les boutiques de la rue des Minimes au Mans gardent le rideau baissé au second passage de la manifestation des lycéens © Radio France - Axel Cesare

Le Mans, France

200 à 300 lycéens ont manifesté ce jeudi matin en centre-ville du Mans. Ils appellaient à l'abandon des réformes du lycée, du bac, de la voie professionnelle et de la loi ORE, introduite l'an dernier pour l'entrée à l'université et instituant la controversée plateforme Parcoursup. Les manifestants venaient de plusieurs établissements, notamment du Lycée Touchard-Washington où des feux de poubelle ont été allumés au départ du cortège ; un abribus a également été cassé. "Des casseurs", selon le proviseur-adjoint Francesco Viriat, qui indique que "la BAC a pris des photos". 

Des vols dans des commerces, 10 000 euros de préjudice pour Lacoste

Rue de l'Etoile, une trentaine de personnes a fait irruption en milieu de matinée dans le magasin Lacoste pour se servir dans les rayons. Un portique de sécurité a été brisé. Selon nos informations, le préjudice se monte à 10 000 euros. Le rayon "maquillage" du magasin Monoprix  a été mis sens-dessus-dessous et de la marchandise a été volée ; il est trop tôt pour chiffrer précisément le montant des dégâts indique le responsable du magasin, qui n'a pu rouvrir que peu avant 16H.

Au Mans, par peur des casseurs, les boutiques de la rue des Minimes baissent le rideau, comme ici le magasin saga avec les clients à l'intérieur - Radio France
Au Mans, par peur des casseurs, les boutiques de la rue des Minimes baissent le rideau, comme ici le magasin saga avec les clients à l'intérieur © Radio France - Jérôme Collin

Rue des Minimes, comme ailleurs dans le centre-ville et sur le marché de Noël, les commerçants ont baissé le rideau au passage des manifestants par peur des intrusions, sur les conseils de la préfecture. Ces mesures ont été levées en début d'après-midi, une fois le calme revenu. La préfecture précise que les forces de police et de gendarmerie "demeurent présentes sur le terrain". 

Le trafic des bus et des tram interrompu une partie de la journée, du mobilier public dégradé

A 11H30, la Setram a décidé de faire rentrer tous les bus et le tramway au dépôt, au nom de la sécurité des personnels. Une reprise progressive du trafic a été annoncée à 15H30 par la Setram pour les bus et le Tempo. La circulation des trams étant plus longue à rétablir, le retour à la normale est prévu pour 17H

Un feu de poubelles a été allumé en marge de la manifestation des lycéens ce jeudi au Mans aux abords de Touchard-Washington - Radio France
Un feu de poubelles a été allumé en marge de la manifestation des lycéens ce jeudi au Mans aux abords de Touchard-Washington © Radio France - Jérôme Collin

"Ils ont monté des barricades avec des poubelles et des grilles de chantier avant de mettre le feu", raconte le patron du bar le plus proche du Lycée Touchard, place Washington. "Les flammes faisaient 2,5 mètres, ça fait quand même un peu peur. L'abribus qui a été cassé d'un coup de matraque, pour moi, ce n'était pas un lycéen mais un casseur. On a vu des gens cagoulés". 

La vitre d'un abribus a été brisée ce jeudi 6 décembre au Mans, aux abords du lycée Touchard Washington, en marge de la manifestation des lycéens - Radio France
La vitre d'un abribus a été brisée ce jeudi 6 décembre au Mans, aux abords du lycée Touchard Washington, en marge de la manifestation des lycéens © Radio France - Jérôme Collin

Après avoir traversé le marché de Noël, les lycéens ont convergé vers la Préfecture, avant de prendre la direction de la gare, dont l'accès Nord a dû être fermé au public. La manifestation a ensuite pris la direction de la Direction académique, sur le site de Paixhans. Quelques dizaines de lycéens ont finalement rejoint l'Université pour une autre manifestation, concernant cette fois l'augmentation des frais d'inscription pour les étudiants étrangers ; il n'y a eu aucun incident à l'Université, dont certains cours avaient été annulés par précaution. Une nouvelle assemblée générale est programmée mercredi prochain, en vue d'une mobilisation le lendemain.

Mobilisations dans le calme à Sablé, La Flèche et La Ferté

Ailleurs dans le département, les mobilisations se sont déroulées dans le calme. A La Flèche, plusieurs dizaines de lycéens se sont rassemblés devant le lycée d'Estournelles de Constant. Certains sont toujours sur postés sur le rond-point adjacent à la mi-journée. Les gendarmes qui étaient présents dans la matinée ont quitté les lieux.

A Sablé-sur-Sarthe, au lycée Raphaël Elizé, une dizaine d'élèves est toujours devant l'établissement. Ils ne bloquent pas l'accès : c'est plutôt pour sortir que la direction a mis en place un filtrage, notamment pour éviter que les mineurs ne sortent sans autorisation.

150 élèves ont également bloqué l'entrée au lycée Robert Garnier de La Ferté-Bernard. Certains sont partis en cortège en direction de la mairie vers 10 heures.