Infos

Manifestation des policiers à Tours : "On a des ordres pour ne pas intervenir dans certains quartiers"

Par Yohan Nicolas, France Bleu Touraine jeudi 20 octobre 2016 à 8:11

Les policiers tourangeaux ont tourné  symboliquement le dos à leur hiérarchie comme ici à Nice
Les policiers tourangeaux ont tourné symboliquement le dos à leur hiérarchie comme ici à Nice © Maxppp - Nice Matin

Une quarantaine de policiers ont manifesté mercredi à Tours place Anatole France. Ils dénoncent le manque de moyens, l'impunité dont bénéficient certains délinquants. Ils parlent aussi de zones de non-droits comme au Sanitas à Tours ou à la Rabière à Joué-les-Tours.

Le mouvement de protestation des policiers commence donc à faire tâche d'huile. Après Paris, Marseille, Nice, c'est à Tours que les policiers en tenue et en civil ont manifesté mercredi après-midi place Anatole France. Ils étaient une quarantaine de différents services : la BAC, les motards, la sécurité publique ou encore des officiers......

Les délinquants bénéficient d'une forme d'impunité. Sur beaucoup d'intervention, on interpelle les même individus et ils ressortent libres - Un policier de Tours

Gyrophares, sirènes hurlantes, les policiers ont donc montré leur mécontentement à Tours. Ils se sont alignés en tournant le dos à leur hiérarchie. Image symbole d'une profession qui est à bout. Ils dénoncent le travail de la justice qui ne suit pas. Ces policiers dénoncent aussi la politique du chiffre, les ordres et contre-ordres.

On achète la paix sociale dans ce pays. Si on enlève la police dans ce pays, on est dans le chaos. On est le dernier rempart et la population doit le savoir

Ces policiers reconnaissent aussi avoir des ordres pour ne plus intervenir dans certains quartiers sensibles comme au Sanitas à Tours ou la Rabière à Joué-les-Tours. Il est grand temps que les choses changent selon eux.

Au Sanitas à Tours ou à la Rabière Joué, on reçoit des projectiles ou des cocktails Molotov. On a ordre de ne rien faire, de quitter la cité et de revenir quand tout sera calme.

Ces policiers affirment qu'on ne peut pas mettre un terme au trafic actuellement. Ils parlent de zones de non-droits.

On a des notes de service qui nous empêchent de chasser les délinquants, notamment les jeunes qui font des rodéos au Sanitas malgré les courriers adressés par le comité de quartier

En tout cas c'est la première fois que les policiers du commissariat de Tours manifestent leur exaspération de cette façon..."On va continuer s'il le faut" disent-ils.Une manifestation est prévue le 26 octobre du commissariat jusqu'à la Préfecture où une délégation espère être reçue. Les syndicats de police appellent les habitants à défiler avec eux par solidarité.

Partager sur :