Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

[VIDEO] Manifestation pour les prisonniers basques dimanche sur la plage d'Hendaye

-
Par , France Bleu Pays Basque

14 rassemblements dimanche pour les prisonniers basques. 13 du côté basque espagnol et une manifestation sur la grande plage d'Hendaye.

La manifestation sur la grande plage d'Hendaye
La manifestation sur la grande plage d'Hendaye © Radio France - Jacques Pons

Plusieurs rassemblements hier pour les prisonniers basques, 13 du côté basque espagnol et une manifestation sur la grande plage d'Hendaye. 150 personnes ont ainsi défilé sur la plage derrières des banderoles et avec des drapeaux basques sous le regard médusé des vacanciers. 

Le début de la manifestation à Hendaye dimanche
Le début de la manifestation à Hendaye dimanche © Radio France - Jacques Pöns

Le prix payé par les familles de prisonniers

Une opération une nouvelle fois lancée par l'association des familles de prisonniers Etxerat (en français : à la maison !). Comme les 4 août précédents, l'association tient à rappeler le prix payé par les familles pour visiter les prisonniers dans le sud de l'Espagne ou le nord de la France. En 30 ans, 344 accidents sont survenus. 16 personnes sont mortes et 937 proches de prisonniers ont été blessés.  Depuis le début de l'année 2019, on dénombre déjà six accidents qui ont affecté 13 personnes dont un enfant de 23 mois.  

Etxerat réclame donc la fin de l'éloignement systématique des prisonniers, que ce soit en Espagne ou en France. L'association réclame aussi l'accès à la libération conditionnelle pour les etarras (membres d'ETA) emprisonnés.

La manifestation d'Etxerat à Hendaye
La manifestation d'Etxerat à Hendaye © Radio France - Jacques Pons

Des changements, mais ce n'est pas suffisant selon Etxerat

Etxerat reconnait que depuis l'arrêt des attentats en 2011 et le lancement d'un processus de paix il y a eu des changements. Dans un texte lu à la fin du rassemblement d'Hendaye "Grâce au travail commun du Gouvernement français et des Artisans de la paix, une partie des prisonniers basques a été rapprochée dans les prisons de Lannemezan  et de Mont de Marsan, réduisant la charge des familles, et plus important encore, impliquant une reconnaissance de l'injustice et de la gravité des conséquences de la politique d’éloignement."

Néanmoins, Etxerat estime que c'est insuffisant. "Une bonne part (des prisonniers) reste éloignée, nous ne savons pas jusqu'à quand, de même que la quasi-totalité des prisonniers basques de l’État espagnol, malgré des déclarations contraires faites par le Gouvernement Sanchez à son arrivée au pouvoir". Ecoutez (ci-dessous) le témoignage de Patricia Velez, originaire d'Hernani et membre du bureau national d'Etxerat :

Le témoignage de Patricia Velez traduit l'incompréhension ressentie par les familles de prisonniers

Traduction de Patricia Velez :

"Cela fait déjà 30 ans qu'on a commencé à appliquer de manière systématique la dispersion (des prisonniers). Jamais cette politique n'a eu de sens et de justification mais en ce moment cela nous semble encore plus incompréhensible. Que l'on maintienne encore cette politique alors que Pedro Sanchez (le premier ministre) a dit d'en finir avec ça. Mais il n'y a eu pour le moment que cinq mouvements de rapprochement à quelques kilomètres d'Euskal Herria. Et dans le cas de l'état Français, oui, il y a eu des rapprochements mais dans le même temps ils maintiennent la condamnation perpétuelle et on maintient aussi les même conditions aux prisonniers gravement malades. Ca nous parait incompréhensible !  

Et tout cela avec des risques pour les familles ? 

Evidemment, on a déjà 16 morts en 30 ans sur les routes des prisons. Plus de 900 accidents ! Et tous ces accidents qui ont affecté près de mille personnes avec de graves conséquences ! Tout ça, c'est comme la roulette russe ! Chaque fin de semaine, nous parcourons des milliers de kilomètres et tous les ans les statistiques tombent... Ce sont 9 à 10 accident chaque année... C'est préoccupant et nous voulons dénoncer ça!"

L'épineuse question des prisonniers malades

Etxerat ajoute à ses critiques la question douloureuse des prisonniers malades. "Une situation d'urgence absolue" insiste l'association des familles de prisonniers. 20 prisonniers du collectif Etxerat se trouvent dans cette situation sans solution. A titre d'exemple, Lorentxa Beyrie détenue à Roanne et prisonnière depuis 18 ans ou encore Txistor Haranburu détenu à Lannemezan et prisonnier depuis 29 ans. Pour Etxerat ces deux personnes "remplissent toutes les conditions juridiques pour accéder à des liberations". 

Des situations d'urgence mais sans solution

Face à ces cas les témoignages de familiers recueillis hier lors de la manifestation d'Hendaye prennent une tournure dramatique. Kattin Haranburu la mère des filles de Txistor avoue clairement qu'elle "en a marre". (Ecoutez son témoignage ci-dessous)

Le témoignage de Kattin Haranburu

Choix de la station

À venir dansDanssecondess