Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers - Justice

Manifestation surprise des gilets jaunes devant le commissariat de Reims

-
Par , France Bleu Champagne-Ardenne

Une vingtaine de gilets jaunes s'est donnée rendez-vous pour une action surprise devant l'hôtel de police de Reims, ce dimanche après-midi. Manifestation en soutien à l'un d'entre-eux, interpellé la veille lors d'une opération de blocage d'un dépôt de bus du réseau Citura.

Ils étaient réunis en soutien à leur camarade interpellé la veille après le blocage d'un dépôt de bus
Ils étaient réunis en soutien à leur camarade interpellé la veille après le blocage d'un dépôt de bus © Radio France - Stéphane Maggiolini

Reims, France

Il y avait du bruit ce dimanche après-midi sous les fenêtres du commissariat de Reims (Marne). Une vingtaine de gilets jaunes s'est donnée rendez-vous pour une manifestation improvisée, en soutien à l'un de leur camarade interpellé la veille à Reims. Ce-dernier participait à une opération de blocage du dépôt de bus de Citura, organisée par les syndicats et les gilets jaunes. Depuis samedi matin, l'homme est en garde à vue et sera présenté à un juge ce lundi pour entrave à la circulation des transports.

Une interpellation controversée

Samedi matin, l'opération consistait à distribuer des tracts contre la réforme des retraites et à ne faire sortir qu'un bus toutes les 15 minutes du dépôt. Les gilets jaunes dénoncent la méthode d'intervention des policiers, "d'habitude il y en a un qui vient nous voir pour nous demander de partir là non ! On a reçu des tirs de gaz lacrymogènes !", s'insurge Didier, l'un des manifestants qui assure que "la direction des ressources humaines de Citura était au courant de la manifestation" sans s'y opposer. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu