Faits divers – Justice

Manifestation surprise des policiers du Mans

Par Marie Mutricy, France Bleu Maine et France Bleu jeudi 20 octobre 2016 à 1:01

Une cinquantaine de policiers manceaux se sont rassemblés mercredi soir devant le commissariat (photo d'illustration)
Une cinquantaine de policiers manceaux se sont rassemblés mercredi soir devant le commissariat (photo d'illustration) © Maxppp - PHOTOPQR/L'EST REPUBLICAIN/MAXPPP

Une cinquantaine de policiers s'est rassemblé ce mercredi soir au Mans, sans préavis, sans syndicats, en solidarité avec les quelques 500 gardiens de la paix réunis place de la République à Paris. Ils dénoncent les violences de plus en plus fortes qu'ils rencontrent dans leurs interventions.

Cinquante policiers environ se sont rassemblés mercredi soir devant le commissariat du Mans, par surprise. Le mot d'ordre avait tourné toute la journée sur les réseaux sociaux et surtout par textos. En solidarité avec les fonctionnaires de police parisien sous le coup d'une enquête de l'IGPN - la police des polices - pour avoir défiler dans leur voiture de service mardi soir sur les Champs Elysées. Et pour dénoncer la violence de plus en plus forte à laquelle ils se confrontent à chaque intervention. A Paris, ils étaient 500 rassemblés place de la République.

A LIRE AUSSI | Manifestations de policiers : Bernard Cazeneuve annonce le lancement de concertations dès lundi

Un signal d'alarme

Un rassemblement hors syndicats que comprend la préfète de la Sarthe Corinne Orzechowski : "il y a deux choses. Je pense que l'attaque de leurs collègues est un vrai choc". Deux policiers ont en effet été attaqué au coktail molotov dans l'Essonne le 8 octobre dernier. Un jeune adjoint de sécurité publique est d'ailleurs toujours hospitalisé et grièvement brûlé. "N'importe quelle profession éprouverait ce choc extrêmement violent. D'autant que ce sont des gens qui se donnent au quotidien pour les autres (...) donc ça peut provoquer des manifestations de cet ordre là et il faut le comprendre" souligne la préfète. D'autres manifestations de ce genre ont eu lieu dans plusieurs villes de France mardi soir : Bordeaux, Laval, Sète, Valence, Montpellier...

Des interventions de plus en plus violentes

Le contexte s'est tendu, même en Sarthe constate la préfète :

"La violence des interventions est réelle et elle beaucoup plus importante qu'avant. Et beaucoup de policiers sont attaqués, vous avez sur les murs des slogans contre les policiers, vous avez des délinquants qui portent plainte contre des policiers pour se défendre eux-mêmes"' - Corinne Orzechowski, préfète de la Sarthe

Pas de sanctions en Sarthe

Les policiers ont un devoir de réserve. En théorie, ils ne peuvent pas manifester. Mais la préfète n'envisage aucune sanction : "la chose qui est importante c'est que les policiers qui manifestent ne sont pas des policiers en service. Moi ce qui m'importe c'est que le service public soit rendu".

Partager sur :