Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Manifestations après la mort d'un Chinois : la mafia est-elle impliquée ?

vendredi 31 mars 2017 à 16:39 Par Sylvie Charbonnier, France Bleu Paris et France Bleu

D'après une note confidentielle de la DGSI (le renseignement intérieur), la mafia chinoise pourrait être en train d'instrumentaliser les manifestations de soutien organisées depuis la mort d'un ressortissant chinois, dimanche 26 mars, dans le 19e arrondissement de Paris.

Manifestation de soutien à Shaoyo Liu mardi 28 mars 2017
Manifestation de soutien à Shaoyo Liu mardi 28 mars 2017 © AFP - Kamila Stepien / Citizenside

Paris, France

D'après une note confidentielle de la DGSI, les services de renseignement intérieur, des réseaux mafieux seraient à la manœuvre, dans les différentes manifestations organisées après la mort d'un ressortissant chinois, dimanche, dans le 19e arrondissement de Paris. Shaoyo Liu, un père de famille âgé de 56 ans, a été tué par un policier qui affirme avoir tiré après avoir été blessé par cet homme.

Plusieurs individus, connus des services de police pour graviter dans les milieux du proxénétisme et des jeux clandestins, auraient été identifiés, lors des manifestations de soutien de ces derniers jours. Ils auraient été reconnus notamment grâce aux tatouages particuliers qu'ils auraient aux doigts. Ces personnes avaient déjà été vues, l'été dernier, lors des manifestations après la série d'agressions dont avait été victime la communauté asiatique.

D'après certaines sources, proches de l'enquête, ces manifestations de soutien à Shaoyo Liu n'auraient plus grand chose de spontané. Elles auraient pour but de détourner l'attention des autorités et de mettre le projecteur sur les violences de rue plutôt que sur les trafics qui gangrènent certains secteurs du 19e arrondissement.

Le mécontentement de Pékin

Toujours d'après cette note de la DGSI, la mafia chinoise profiterait de ces manifestations pour tenter de récupérer le marché de la sécurité et pour étendre son emprise dans le 19e arrondissement. Pékin jouerait aussi un rôle.

L'ambassade de Chine aurait demandé à ses ressortissants et à certains relais communautaires de "maintenir la pression sur les autorités françaises". Elle aurait aussi demandé que le slogan "Je Suis Chinois" soit adopté. Elle souhaiterait également que ses relais veillent à ce que les manifestations ne sortent pas du cadre de la légalité. Ces mots d'ordre auraient été diffusés via une messagerie instantanée très utilisée par la communauté chinoise.

Le point de vue de l'avocat de la famille Shaoyo Liu

Pour l'avocat de la famille de Shaoyo Liu, cette note de la DGSI ne servirait qu'à détourner l'attention. Elle tenterait de faire passer au second plan, la bavure dont, selon lui, l'homme de 56 ans, tué dimanche par un policier, aurait été victime.