Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Manifestations violentes à Bastia : de nouvelles condamnations

jeudi 9 novembre 2017 à 18:12 Par Maxime Becmeur, France Bleu RCFM

Trois jeunes hommes d'une vingtaine d'années ont été jugés ce jeudi après-midi, en comparution immédiate, devant le tribunal correctionnel de Bastia. Ils étaient poursuivis pour avoir participé, à des degrés divers, à des manifestations violentes dans le centre-ville de Bastia en octobre 2016.

En octobre 2016, des violences avaient émaillé des manifestations organisées en soutien à des militants nationalistes condamnés en région parisienne.
En octobre 2016, des violences avaient émaillé des manifestations organisées en soutien à des militants nationalistes condamnés en région parisienne. © Maxppp - France Bleu RCFM

Corse, France

Olivier Messina a été condamné à 6 mois de prison ferme sans mandat de dépôt et 1 mois pour refus de prélèvement d'ADN. Julien Muselli et Adrien Matarise, de leur côté, ont été relaxés. Julien Muselli écope en revanche de 2 mois d'emprisonnement sans mandat de dépôt également pour refus de prélèvement d'ADN.

Lors des réquisitions, le procureur de la République avait réclamé des peines de 4 à 12 mois de prison ferme avec mandat de dépôt.

Des décisions de justice satisfaisantes pour les avocats de la défense. Selon Me Benjamin Genuini, avocat de deux des prévenus, "la Justice a fait fi de la construction intellectuelle élaborée par le parquet qui tendait à réclamer des peines extrêmement sévères par rapport à celles précédemment demandées lors du procès de mars dernier. Le dossier manquait de preuves et d'éléments formels permettant la condamnation de nos clients. Justifier des peines aussi lourdes avec mandat de dépôt pour un dossier aussi vide, c'était inadmissible."

La réaction de Me Benjamin Genuini, avocat de deux des prévenus dans cette affaire.

Il est reproché à ces trois prévenus d'avoir eu un rôle dans les préparatifs des violents incidents survenus le 5 octobre 2016. Ce jour-là, une manifestation en soutien à trois jeunes militants nationalistes condamnés sur le continent avait réuni plusieurs milliers de personnes dans les rues de Bastia.

En mars 2017, dix hommes, soupçonnés d'avoir pris part à ces émeutes, ont été jugés devant le tribunal correctionnel de Bastia. Certains d'entre eux avaient été condamnés à des peines de prison ferme.