Insolite

Manou Bolomik, le pasteur rappeur de Lons, repart en tournée

Par Axelle Labbé, France Bleu Béarn vendredi 16 septembre 2016 à 19:42

Le dernier album de Manou Bolomik, Electro Paise Rap
Le dernier album de Manou Bolomik, Electro Paise Rap © Radio France - Axelle Labbé

Son nom vous dit peut-être quelque chose, car il est certainement le seul pasteur rappeur de France. Emmanuel Bolomik, dit Manou, a 35 ans. Il est pasteur à l'église évangélique de Lons depuis 11 ans. Et c'est aussi une star du rap chrétien.

Son titre le plus célèbre, Manou Révolution, dont le clip a été tourné cours Bosquet à Pau, dépasse les 160 000 vues sur la plateforme Youtube. Dans ses textes, il raconte notamment son enfance dans un ghetto au Cameroun et son parcours de petit délinquant, quasiment déscolarisé, jusqu'à ce qu'il trouve la foi, grâce à un de ses amis, quand il était lycéen. Et ça n'était pas gagné d'avance.

"C'est fou quand j'y pense, raconte-t-il. Ma grand-mère était protestante, elle a dit que je devais être protestant, ça m'a énervé, ça durait trop longtemps. Mon grand-père était musulman, il a dit que je devais être musulman, il m'a fait réciter les sourates, c'est pas mon truc, ça m'a gavé. Après ma mère, quand j'avais 12 ans, a dit que je devais être catholique, elle m'a fait apprendre le catéchisme. Quand je me suis fait baptiser, le père a parlé pendant 40 minutes en latin pendant la messe de minuit. Je me suis endormi, on m'a réveillé pour le baptême, donc ça a mal tourné. Je me suis dit, je ne mets plus les pieds dedans. J'étais allé me confesser, rien n'était arrivé. Je suis rentré dans le rap violent. La première fois que j'ai dormi dehors, j'avais 11 ans. Ensuite, ça s'est aggravé".

Si Dieu existe, j'avais besoin qu'un truc arrive, et rien n'arrivait. J'ai dit au revoir

Manou Bolomik trouve finalement la foi au moment où il se fait exclure du lycée. Un de ses amis lui propose de prier, il le fait, et ressent "une grande paix". Il reprend les cours, passe son bac, puis vient faire des études supérieures à l'université de Pau.

Manou Bolomik raconte sa découverte de la religion

Il est devient pasteur, sans jamais cesser de raper. Et il n'y a rien d'incompatible entre les deux selon lui. "En tant que pasteur, je suis serviteur des gens. J'aime beaucoup l'image de Jésus qui s'appelait "fils de l'homme" et qui lavait les pieds des hommes. Il n'était pas haut placé dans un clergé incroyable, et c'est ça qui m'intéresse. C'est ce que je rêve de faire quand je me lève le matin. Le rap, c'est juste une façon de matérialiser ce que j'ai envie de faire. De dire aux gens qu'ils sont beaux, qu'ils sont extraordinaires, que Dieu les aime", explique-t-il.

Le rap et la religion n'ont rien d'incompatible explique Manou Bolomik

Des choses qu'il pourrait dire à l'église, quand il prêche, mais ça n'est pas exactement la même chose dit-il : "avec le rap, c'est mieux dit. La rime est là, la prose est là, les intonations sont là, les cris sont là. On peut crier quand on chante du rap, mais si vous criez beaucoup dans une église, vous allez avoir l'air bizarre! Le rap est direct, frontal, "in your face". C'est cool".

Manou Bolomik repartira en tournée cet automne dans le Nord de la France, puis certainement à l'étranger, pour faire la promotion de son dernier album, Electro Praise Rap.