Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Accident mortel au travail : le directeur de l'usine Ikea de Lure mis en examen pour "homicide involontaire"

mardi 27 novembre 2018 à 19:49 Par Elie Abergel, France Bleu Besançon, France Bleu Belfort-Montbéliard et France Bleu

Le directeur de l'usine d'Ikea de Lure a été mis en examen tard ce mardi pour "homicide involontaire par imprudence ou négligence". En août dernier, un salarié était mort sur le site d'Ikea de Lure, écrasé par un engin de chantier. Les différentes enquêtes ont mis à jour des failles de sécurité.

Le directeur du site risque 3 ans de prison.
Le directeur du site risque 3 ans de prison. © Radio France - Jean-François Fernandez

Lure, France

Le directeur de l'usine Ikea à Lure a été mis en examen pour "homicide involontaire par imprudence ou négligence" ce mardi soir. Cette mise en examen par le juge d'instruction intervient dans l'affaire du décès d'un salarié d'Ikea le 21 août dernier sur son lieu de travail.  Ce dernier est mort percuté et écrasé par un véhicule de chantier. 

Le directeur de l'usine Ikea à Lure, un ressortissant allemand âgé de 54 ans a été remis en liberté sous contrôle judiciaire strict. Il a interdiction de quitter la France ou l'Allemagne, et doit pointer tous les 15 jours à la gendarmerie de Lure. Il encourt trois ans de prison et 45 000 euros d'amende. 

Des normes de sécurité inexistantes 

Pour le procureur de la République Emmanuel Dupic, il y a eu "des manquements très graves à la sécurité qui sont à l'origine de l'accident". "Le niveau sonore était trop important sur la site de l'accident, interdisant toute communication verbale" a expliqué le magistrat. Par ailleurs aucune règle de sécurité n'était fixée sur ce site, et aucun dispositif pour éviter les collisions entre piétons et engins de chantier n'était prévu. 

Dernièrement, le conducteur de l'engin devait tant charger son véhicule qu'il ne pouvait pas voir devant lui. Toutes ces constatations ont été faites par l'enquête de la gendarmerie et l'inspection du travail.