Faits divers – Justice

VIDEO - Manuel Valls va porter plainte contre le jeune homme qui l'a giflé en Bretagne

Par Laetitia Cherbonnel et Johan Moison, France Bleu Armorique, France Bleu Breizh Izel et France Bleu mardi 17 janvier 2017 à 17:00 Mis à jour le mercredi 18 janvier 2017 à 7:24

L'homme qui a giflé Manuel Valls à Lamballe est plaqué face contre terre par les agents de sécurité
L'homme qui a giflé Manuel Valls à Lamballe est plaqué face contre terre par les agents de sécurité © Radio France - Johan Moison

Manuel Valls va porter plainte contre l'homme qui lui a donné une petite gifle, mardi, à Lamballe. Le jeune homme a été placé en garde à vue. Comme le montre la photo prise par le journaliste de France Bleu Armorique Johan Moison, le jeune homme a été plaqué au sol juste après son geste.

Manuel Valls, giflé par un jeune homme mardi lors d'un déplacement à Lamballe, a affirmé qu'il porterait plainte contre son agresseur pour "ne pas laisser passer un acte de violence. Je porterai plainte parce que c'est un coup. L'acte physique est violent, ce n'est pas comme la farine", a-t-il souligné, en référence à un premier incident de campagne le 22 décembre à Strasbourg, où il avait été enfariné.

Ce mardi, Manuel Valls est arrivé à 16h à Lamballe. En sortant de la mairie où il a rencontré les élus, un homme lui a donné un léger coup au visage, comme une petite gifle. Il a été aussitôt plaqué au sol par les gendarmes et la sécurité qui entouraient l'ancien Premier Ministre. La scène a été filmée par Le Télégramme : on voit sur la vidéo un jeune homme qui s'approche du candidat à la primaire de la gauche, et on l'entend dire "Ici, c'est la Bretagne". Selon nos informations, le jeune homme est âgé de 19 ans, il a été placé en garde à vue pour "violences sur une personne chargée d'une mission de service public". Sur sa photo de profil Facebook, ce jeune homme pose en faisant une "quenelle", geste à connotation antisémite véhiculé par le polémiste Dieudonné.

A Lamballe devant la mairie où Manuel Valls a été giflé, le reportage de Johan Moison

Le moment de la gifle. Si vous tendez bien l'oreille, vous entendrez le jeune homme dire à Manuel Valls : "ici, c'est la Bretagne!"

Aux côtés de Manuel Valls, le ministre de la Défense, le Breton Jean-Yves Le Drian lui demande : "Est ce que tu vas bien ? Tu vas bien ?" Oui, Manuel Valls va bien ! Il continue sa visite. Le jeune homme, quant à lui, est maintenu au sol par les agents de sécurité de l'ancien Premier ministre.

"Rien ne m'empêchera d'aller vers les Français"

L'ancien Premier ministre a commenté devant la presse l'incident dont il a été victime, au moment de quitter Lamballe. Et dans la soirée, Manuel Valls a affirmé sur son compte Twitter que "rien, et surtout pas la violence, ne [l'] empêchera d'aller vers les Français". Son successeur à Matignon, Bernard Cazeneuve, a lui aussi réagi mardi soir, en déclarant que "cette violence n'a pas sa place dans la République".

"Il ne faut jamais avoir peur, il faut dialoguer avec les français et refuser la violence", dit Manuel Valls au micro de France bleu Armorique en quittant Lamballe

A Lamballe certains militants socialistes parlent d'un geste "anecdotique", d'autres d'un "incident pas anodin", il faut "s'exprimer dans les urnes pas par la violence", ajoute un autre.

En décembre dernier, Manuel Valls avait déjà connu un déplacement agité, à Strasbourg. Il avait reçu de la farine lancée par un manifestant qui avait scandé "49-3, on n'oublie pas". Après cet incident breton, qui est intervenu à cinq jours du premier tour de la primaire de la gauche, le candidat a rencontré des militants socialistes. Au programme avant cela, la découverte de la Ressourcerie, où des travailleurs en insertion font du recyclage, puis l’entreprise Centigon, spécialisée dans le blindage.

Manuel Valls était en visite dans la capitale du Penthièvre dans le cadre de sa campagne, après avoir annulé son meeting initialement prévu lundi à Rennes.