Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers - Justice

Marais Poitevin : une pollution par hydrocarbure à Arçais

- Mis à jour le -
Par , , France Bleu Poitou

Une pollution dans le marais poitevin, au niveau de la Grande Rigole de la Garette, a nécessité l'intervention des pompiers des Deux-Sèvres ce lundi. L'origine de cette pollution aux hydrocarbures n'a pas pu être identifiée.

Les pompiers des Deux-Sèvres ont mis en place un dispositif de barrage au lieu dit "Bief Minet".
Les pompiers des Deux-Sèvres ont mis en place un dispositif de barrage au lieu dit "Bief Minet". © Radio France - Noémie Guillotin

Arçais, France

Un premier barrage anti-hydrocarbure de 15 mètres de long a été posé ce lundi 25 novembre dans l'après-midi, face à une pollution de la Grande Rigole de la Garette, au niveau du lieu-dit "Bief Minet", sur la commune d'Arçais. Un second barrage a été installé dans la soirée. 

C'est un pêcheur qui a donné l'alerte. "On avait des traces d'hydrocarbures sur environ trois kilomètres de rivière mais on ne peut pas vraiment définir la quantité", fait remarquer Pascal Peyrot, technicien à la fédération de pêche des Deux-Sèvres. Pas de conséquences sur les poissons pour l'instant selon lui. "Les hydrocarbures ne se mélangent pas à l'eau. C'est une pellicule en surface et les poissons sont très peu impactés. Avec le courant, la pollution est partie vers l'océan. Mais ce n'est jamais très bon".

L'origine de la pollution reste inconnue

Ce mardi matin, de nouvelles reconnaissances ont été effectuées par les pompiers, la gendarmerie, la fédération de pêche. Elles n'ont pas permis de déterminer l'origine de cette pollution. "On peut toujours avoir des hypothèses. On a eu par le passé des cuves à fioul mal fermées ou des fuites donc on peut supposer mais on n'est pas sûrs", précise Pascal Peyrot.

Les barrages doivent rester en place jusqu'à jeudi.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu