Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Marc Petit, le maire de Firminy, sera jugé en janvier 2019 pour agression sexuelle

vendredi 10 août 2018 à 11:45 - Mis à jour le samedi 11 août 2018 à 4:16 Par Sandrine Morin, France Bleu Pays d'Auvergne, France Bleu Saint-Étienne Loire et France Bleu

Le maire de Firminy (Loire) est enfin fixé. Au terme d’une enquête très longue, le parquet a décidé de le poursuivre pour agression sexuelle. Les faits présumés se sont déroulés en Turquie lors de l’été 2016.

Marc Petit est donc convoqué devant le tribunal correctionnel en janvier prochain.
Marc Petit est donc convoqué devant le tribunal correctionnel en janvier prochain. © Maxppp -

Firminy, France

Le maire de Firminy, Marc Petit, sera jugé le 24 janvier 2019 à 13h30 sous la qualification d'agression sexuelle. C’est en tout cas ce que vient de savoir le parquet de Saint-Étienne. Cette convocation en justice lui a été remise ce vendredi 10 août. 

La victime, une jeune femme travaillant pour le conseil général du Puy-de-Dôme, a été elle aussi été avisée.

L’agression est censée s’être déroulée à la mi-juillet 2016, quand la ville de Firminy soutenait la candidature du site Le Corbusier à l’Unesco. La plainte a été déposée à l’été 2016, très peu de temps après les faits présumés. Selon l’avocat de Marc Petit, le maire de Firminy en a été informé officiellement le 13 octobre 2016. Et puis ensuite plus rien ou presque. Jusqu’à la fin novembre 2017 où des policiers sont venus perquisitionner la mairie. Marc Petit a ensuite été placé en garde à vue. C’était le 6 décembre dernier avec 24 h de garde à vue.