Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Marchands de sommeil présumés : une famille de Seine-Saint-Denis bientôt jugée

mercredi 24 octobre 2018 à 17:39 Par Rémi Brancato, France Bleu Paris et France Bleu

Quatre membres d'une même famille ont été arrêtés lundi en Seine-Saint-Denis, soupçonnés d'avoir mis en place un système de "marchands de sommeil". Un couple d'une soixantaine d'années, leur fils et sa compagne seront jugés en janvier pour avoir logé 74 personnes dans des conditions indignes.

Logements insalubres (illustration)
Logements insalubres (illustration) © Radio France - Catherine Grain

Seine-Saint-Denis, France

Quatre membres d'une même famille ont été arrêtés en Seine-Saint-Senis et placés en garde à vue ce lundi. Soupçonnés d'être des marchands de sommeil, ils ont été placés sous contrôle judiciaire à l'issue de leur garde à vue et seront jugés le 23 janvier prochain, selon une source proche du dossier. On leur reproche d'avoir logé des dizaines de personnes dans des conditions indignes, à Bobigny, Drancy et au Bourget.

Quatre immeubles et des logements insalubres

L'enquête, qui a duré plus de huit mois, commence en février : suite à un signalement, les policiers découvrent un immeuble de la rue Edgar Quinet du Bourget, où logent, dans des conditions indignes, des dizaines de personnes, de nationalité indienne et sans papiers. Ils identifient alors les propriétaires et trois autres de leurs immeubles à Drancy et à Bobigny.

En tout, les propriétaires auraient logé 74 personnes, dans des conditions insalubres. Des loyers ont été payés, essentiellement en liquide, sans délivrance de quittance. Certains occupants vivaient notamment dans les combles, ce qui est totalement interdit.

Ces loyers n'auraient pas tous été déclarés. Les enquêteurs ont découvert un peu plus de 120 000 euros en liquide chez les mis en cause. Trois de leurs immeubles ont aussi été saisis par la justice. Leur valeur est estimée à 1,7 millions d'euros. Les mis en cause ont fait appel de cette mesure.

Un procès en janvier au tribunal correctionnel de Bobigny

Lundi, le couple, un homme et une femme âgés de 64 et 57 ans, leur fils de 34 ans et sa compagne de 31 ans ont tous été placés en garde à vue. Ils contestent les faits reprochés. A l'issue, ils ont été placés sous contrôle judiciaire. Ils seront jugés le 23 janvier prochain par le tribunal correctionnel de Bobigny, notamment pour "soumission de personnes vulnérables à des conditions de logement indignes".