Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Marche blanche en Maurienne : "Des jeunes partent inutilement, on ne veut plus que ça se produise"

-
Par , France Bleu Pays de Savoie

Ce samedi après-midi, une marche blanche a eu lieu à Saint-Jean-de-Maurienne (Savoie) en hommage à Sami Douak, tué d'un coup de couteau le 8 juin dernier, et Nordine Deffaf mort dans un accident en 2017. Plus de 200 personnes ont participé à cet hommage dans le calme.

Une marche blanche qui s'est déroulée dans le calme et le respect
Une marche blanche qui s'est déroulée dans le calme et le respect © Radio France - Xavier Grumeau

Saint-Jean-de-Maurienne, France

A Saint-Jean-de-Maurienne (Savoie), plus de 200 personnes ont participé à la marche blanche organisée ce samedi après-midi pour rendre hommage à Sami Douak et Nordine Deffaf.

Sami Douak, 19 ans, a été poignardé le 8 juin dernier dans le centre ville de Saint-Jean-de-Maurienne. Un jeune est en détention préventive, principal suspect. Nordine Deffaf a eu un accident de voiture en août 2017. Leurs familles ont tenu à leur rendre conjointement hommage.

"On leur a rendu un hommage car ils sont partis jeunes" - Noudjoude, la soeur de Noredine

La marche blanche s'est élancée à 15h45 de la place du Champ de Foire. Dans un pas lent et une ambiance calme, certains participants tendaient des pancartes avec des messages pour Sami et Nordine.

De son côté, la sœur de Nordine, Noudjoude Deffaf est restée près de ses proches. En fin de marche, elle confie que c'est "important de passer dans le centre-ville, c'est là où ils traînaient , tout le monde les connaissait".

Au-delà de la marche, Noudjoude veut aussi faire passe un message. "Des jeunes qui partent comme ça inutilement, on ne veut plus que ça se produise" et ce n'est plus possible selon elle.