Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Agression mortelle d'un conducteur de bus à Bayonne

Marche blanche en l'honneur du conducteur de bus Philippe Monguillot : des milliers de personnes à Bayonne

- Mis à jour le -
Par , , , France Bleu Pays Basque, France Bleu, France Bleu Béarn Bigorre

Plus de 6.000 personnes se sont réunies ce mercredi pour une marche blanche à Bayonne, entre l'arrêt Balichon et le Centre Hospitalier de la Côte Basque pour rendre hommage à Philippe Monguillot, le chauffeur de trambus agressé ce dimanche.

La femme de Philippe Monguillot, ce mercredi à Bayonne.
La femme de Philippe Monguillot, ce mercredi à Bayonne. © Radio France - Céline Arnal

Plus de 6.000 personnes se sont réunies à Bayonne ce mercredi soir pour rendre hommage à Philippe Monguillot, conducteur de trambus violemment agressé ce dimanche. Le rendez-vous était donné à 19h30 à l'arrêt Balichon, où se sont produits les faits. Déjà une heure avant, plusieurs centaines de personnes y étaient rassemblées. La marche a mené les participants jusqu'au Centre Hospitalier de la Côte Basque, où l'homme de 58 ans se trouve toujours en état de mort cérébrale.

La femme et les filles du conducteur sont arrivées vers 19h15 sous les applaudissements, à pied depuis le dépôt de Chronoplus, accompagnées des 300 chauffeurs. La foule était habillées de blanc, la couleur des conducteurs du réseau. 

A plusieurs reprises l’épouse du conducteur, Véronique Monguillot, a pris la parole, dignement. "J'ai trop pleuré, je n'ai plus de larme", a-t-elle notamment dit, exprimant le souhait que son "mec soit vengé". Une vengeance qui "passera par la justice", a-t-elle précisé.

La marche blanche en images

La foule masquée se met en branle.
La foule masquée se met en branle. © Radio France - Céline Arnal
Sur le chemin, l'hommage de l'Aviron Bayonnais avec le notamment son président Philippe Tayeb et le manager Yannick Bru.
Sur le chemin, l'hommage de l'Aviron Bayonnais avec le notamment son président Philippe Tayeb et le manager Yannick Bru. © Radio France - Céline Arnal

En signe de solidarité, et suivant un appel lancé au niveau national, les syndicats de transport de nombreuses villes de France, comme Lyon, Nantes, Montpellier, Rouen, Limoges, Le Mans, Niort ou encore Périgueux ont décidé d'observer une minute de silence dans les transports en commun, et de stopper la circulation.

Le non-port du masque à l'origine de l'agression

Le procureur de la République de Bayonne annonçait ce mardi soir que deux individus, auteurs présumés des coups portés à la victime, allaient être mis en examen pour tentative d'homicide volontaire. Deux autres personnes devaient être mises en examen pour non assistance à personne en danger, et pour l'une d'entre elles pour soustraction d'un criminel à une arrestation et aux recherches.

Toujours selon Marc Mariée, le jour de l'agression, le conducteur serait descendu de son poste pour demander aux individus de porter un masque. Cela aurait entraîné une bousculade, puis un déferlement de violence à l'extérieur du véhicule.

Les conducteurs du réseau Chronoplus exercent leur droit de retrait depuis ce lundi matin 5h. Le ministre délégué aux Transports, Jean-Baptiste Djebbari, s'est déplacé à Bayonne ce mardi pour rencontrer les élus et les chauffeurs. "Il y a des choses qui devront être tranchées localement mais nous serons en soutien", a résumé le ministre délégué au sortir de ces rencontres. Les représentants du personnel de Chronoplus exigent une radio et plus de contrôleurs avant de reprendre le travail.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess