Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Marche blanche à Besançon pour Mamadou, le portier du Styl, poignardé à mort : "C'était l'ange de ma vie"

Près de 500 personnes ont défilé dans les rues de Besançon samedi après-midi pour une marche blanche en l'honneur de Mamadou Lamine Dhiedhiou. Le videur de la boite de nuit le Styl a été poignardé à mort le week-end dernier devant la discothèque.

Marche Blanche pour Mamadou
Marche Blanche pour Mamadou - Fany Boucaud

Près de 500 personnes se sont rassemblées dans les rues de Besançon samedi après-midi pour rendre un dernier hommage à Mamadou Lamine Dhiedhiou. Le videur de la boite de nuit du Styl a été poignardé à mort le week-end dernier devant l'établissement.

Une manifestation qui se voulait pacifiste. Comme l'a souhaité la famille du jeune homme. Une marche silencieuse jusqu'à la place de la Révolution. Sa femme a réussi à dire ces quelques mots : "C'était l'ange de ma vie". Avant de repartir dans le cortège en pleurs. Près d'elle, le cousin de Mamadou, Kaoussou venu de Lille :"C'était trop dur mais maintenant ça va mieux. J'appelle la famille au Sénégal pour les rassurer sur la situation ici. Parce qu'il faut rester digne et qu'il ne doit pas y avoir de débordement".

"Rester digne" Kaoussou, le cousin de Mamadou

Rester digne

Matar Diouf s'est occupé de l'organisation. Et le mot dignité était le seul ordre de la journée : "C'est le message qu'a voulu la famille. Parce que nous n'avons aucune animosité envers n'importe quelle communauté. C'est pourquoi nous lançons un message de paix. Ce drame qui s'est passé, c'est l'œuvre de quelqu'un d'isolé, ce n'est pas l'œuvre d'une communauté".

"Pour nous, on est tous pareils, nous voulons continuer à vivre ensemble." Matar

"Nous n'avons aucune animosité" Matar

Dans la foule, des pancartes "plus jamais ça", des t-shirts avec la photo de Mamadou. Beaucoup ne le connaissaient pas. Mais peu importe, il fallait être présent. Pap est sénégalais, il voulait être là pour manifester sa douleur et montrer aux gens qu'il ne faut pas que ça se reproduise : "L'important, c'est d'être digne, parce que l'on pourrait faire la même chose qu'eux, mais ça ne nous ressemble pas."

Pap, sénégalais venu montrer le soutien de la communauté

Des gens sont aussi révoltés de voir autant de violence dans une ville comme Besançon. Anne-Cécile a voulu faire cette marche parce qu'elle est indignée : "Quelqu'un qui a des diplômes, qui faisait son travail et qui est tué lâchement par des gamins, c'est tellement fou."

"Je suis révoltée de voir autant de violence" Anne-Cécile

"Il a été tué, assassiné alors qu'il ne faisait que son travail" Yadicole

Yadicole ne connaissait pas Mamadou mais elle est aussi sénégalaise et c'est sa communauté qui est touchée : "Il travaillait et il a été tué alors qu'il ne faisait rien de mal, juste son travail. On ne doit pas tuer les gens comme ça. C'est pourquoi il y a des pancartes avec marqué "Plus jamais ça". Il faut montrer aux gens pour qu'ils prennent conscience de ce qui s'est passé."

"Il faut faire prendre conscience aux gens de ce qui s'est passé" Yadikole

Un dernier hommage

Marche  blanche pour Mamadou dans les rues de Besançon
Marche blanche pour Mamadou dans les rues de Besançon - Fany Boucaud

Les habitués de la boite de nuit sont venus lui rendre un dernier hommage, comme Tom, présent le soir du drame : "Je pense qu'il faut montrer que l'on peut rester pacifique en faisant une marche comme ça, même si on ne le connaissait pas, on le croisait quand on allait à la boite de nuit".

"On était présent et on l'a vu s’effondrer" Tom

Une marche qui a terminé devant le Styl où l'oncle de Mamadou a déposé une rose blanche. Et où une minute de silence a été demandée. Le jeune homme sera enterré au Sénégal dans la semaine.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess