Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Marche blanche pour Philippe à Drancy : "Si j'avais pas appelé la police, il serait là aujourd'hui"

-
Par , France Bleu, France Bleu Paris

Ce samedi, les proches de Philippe, mort lors d'une interpellation à Drancy il y a un mois, ont organisé une marche blanche jusqu'au tribunal de Bobigny pour réclamer "justice". Son ex-compagne était notamment présente en tête de cortège.

Une marche blanche organisée à Drancy en hommage à Philippe, mort lors de son interpellation
Une marche blanche organisée à Drancy en hommage à Philippe, mort lors de son interpellation © Radio France

Un mois après le décès de Philippe, à Drancy, ses proches ont organisé ce samedi une marche blanche en sa mémoire. Une quarantaine de personnes ont marché de Drancy jusqu'au tribunal de Bobigny derrière une banderole "Justice pour Philippe".

Karen, son ex-compagne, était présente en tête de cortège. C'est elle qui, le soir du 23 au 24 mai, a appelé la police pour réclamer leur intervention. En appelant la police, Karen explique qu'elle souhaitait mettre Philippe à l'abri de lui-même.

Il était sous alcool, il voulait à tout prix passer sur la terrasse, c'était dangereux. Je voulais vraiment appeler la police, qu'ils le mettent en cellule de dégrisement et qu'après il ressorte comme d'habitude.

Une erreur de la police ?

Sauf que pendant l'interpellation, Philippe meurt. Ses proches estiment que la police aurait mal géré la situation ce soir là. Selon eux, Philippe était alcoolisé mais pas violent et n'aurait donc jamais dû mourir ce soir là.

Quand on appelle la police, à aucun moment on imagine que ça peut se finir comme ça (une amie de Philippe)

De son côté, l'avocat de Karen, Maître Patrick Arapian, se félicite de la prise en main de cette affaire par la justice. Une information judiciaire a en effet été ouverte et deux juges d'instructions ont été nommés.

Ca m'a supris (...) parce que c'est pas habituel. La nomination de deux juges d'instruction montre que le parquet prend les choses très au sérieux. On est très satisfait de ça. (Me Arapian)

Maître Arapian affirme que toutes les auditions ont désormais été effectuées et qu'il reste encore à les confronter pour tenter de connaître la vérité sur ce qu'il s'est passé ce soir du 23 mai à Drancy.

Choix de la station

France Bleu