Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Marcq-en-Baroeul lance le court-voiturage pour encourager l'auto-stop

mercredi 16 mai 2018 à 3:29 Par Marie-Jeanne Delepaul, France Bleu Nord

La mairie de Marcq-en-Baroeul dans le Nord veut inciter ses habitants à faire du covoiturage sur de petites distances. Elle a mis en place une vingtaine d'emplacements pour faciliter la rencontre entre automobilistes et piétons.

25 emplacements de "court-voiturage" ont été mis en place à travers la ville
25 emplacements de "court-voiturage" ont été mis en place à travers la ville © Radio France - Marie-Jeanne Delepaul

Lille, France

Remettre au goût du jour le bon vieux auto-stop : c'est l'objectif de la mairie de Marcq-en-Baroeul, près de Lille, dans le Nord. Elle veut encourager ses habitants à pratiquer le "court-voiturage", du covoiturage sur de courtes distances à l'intérieur de la ville.

"Une idée toute simple" selon le maire, Bernard Gérard, pour réduire le trafic et faciliter les déplacements dans les endroits mal desservis par les transports en commun. "Bien souvent on prend sa voiture à cause de la problématique du dernier kilomètre :  le bus vous arrête à tel endroit et il vous reste un ou deux kilomètres pour aller au travail par exemple."

Le Maire de Marcq-en-Baroeul, Bernard Gérard

Aucun échange d'argent entre auto-stoppeur et conducteur : c'est un "service citoyen" gratuit. Contrairement au covoiturage, le piéton ne réserve pas son trajet à l'avance : il se rend sur l'un des 25 emplacements de court-voiturage installés dans la ville et matérialisés par un gros pouce blanc sur fond bleu peint sur la chaussée. A proximité se trouve un panneau muni d'une dizaine de pancartes : l'hippodrome, la piscine, le cimetière, etc. "Le piéton sélectionne celle qui correspond à sa destination, et s’asseoir un banc en attendant qu'une voiture qui va dans la même direction se gare sur la place juste à côté" explique Pierre Verley, adjoint au  maire en charge du développement durable.

Ça ne va pas être une révolution immédiate, mais on veut qu'il y ait une prise de conscience, que chaque Marcquois se dise bien sûr, c'est absurde, je suis seul dans ma voiture, je peux prendre quelqu'un en plus. - Le maire Bernard Gérard

Le maire de Marcq-en-Baroeul, Bernard Gérard, s'essaye au "court-voiturage" sur l'emplacement situé juste à côté de la mairie. - Radio France
Le maire de Marcq-en-Baroeul, Bernard Gérard, s'essaye au "court-voiturage" sur l'emplacement situé juste à côté de la mairie. © Radio France - Marie-Jeanne Delepaul

Parmi les Marcquois, certains disent pourquoi pas : "Je passe régulièrement devant une place qui vient d'être installée, je pourrais prendre quelqu'un, si c'est pour un court trajet !" assure une habitante de 50 ans. D'autres sont plus frileux, comme cette étudiante : "Je ne le ferai pas, je n'ai pas totalement confiance, je préfère marcher, prendre le bus, quitte à faire une demi-heure à pied."

La mairie va distribuer des auto-collants aux volontaires, un signe de reconnaissance et un gage de confiance entre les conducteurs et les auto-stoppeurs.