Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Mardis de la colère à Perpignan : la population absente malgré l'appel des soignants

-
Par , France Bleu Roussillon

Une centaine de soignants a manifesté à Perpignan ce mardi 30 juin. Ils avaient appelé l'ensemble de la population à les rejoindre. Elle n'était pas au rendez-vous.

Une centaine de soignants a manifesté à Perpignan ce mardi 30 juin 2020.
Une centaine de soignants a manifesté à Perpignan ce mardi 30 juin 2020. © Radio France - Marie-Hélène Hérouart

"Masqués, mais pas bâillonnés." Les soignants ont lancé un appel à la mobilisation nationale, tous les mardis. Comme les 16 et 23 juin, le personnel médical des Pyrénées-Orientales a donc manifesté ce mardi 30 juin. 

Le cortège a défilé à Perpignan sous les bannières des syndicats CGT, Sud Solidaires, FSU et FO. Ils avaient demandé à la population de les rejoindre dans la rue pour mieux se faire entendre par le gouvernement. Mais elle n'a pas répondu à l'appel. 

Une faible mobilisation qui a déçu certains soignants. "Aujourd'hui, la France peut s'effrayer" a déclaré Emmanuel Caron, secrétaire général à la CGT-Santé du département," parce que si demain il y a une deuxième vague [de propagation du coronavirus, ndlr] ... Je ne sais pas si on aura toujours autant de vigueur à venir au travail."

Quelques personnes ont applaudi aux balcons

Quelques personnes ont applaudi le défilé de manifestants depuis leur balcon. Toutefois, très peu de non-soignants ont rejoint le cortège. Lydie, enseignante, est l'une des rares. Pour elle, rien de plus normal : "On a vu les soignants lutter et ne pas être entendus. Or, la crise de la covid-19 n'a fait que confirmer la situation d'urgence."

Une urgence sur laquelle insiste la plupart des soignants. Au cœur des revendications : plus de matériels, une hausse des revenus et des embauches. 

Le prochain mardi de la colère aura lieu mardi 14 juillet, le jour de la fête nationale. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu