Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Mariage clandestin dans l'Orne : le propriétaire de la salle devant la justice

Le propriétaire d'une salle de réception devant la justice ce mardi. En décembre dernier, il avait loué son domaine pour un mariage clandestin. La fête avait rassemblé 150 personnes en pleine crise sanitaire. Il est jugé à Argentan pour ouverture non autorisée et mise en danger de la vie d'autrui.

La fête de mariage avait rassemblé 150 convives, en pleine crise sanitaire.
La fête de mariage avait rassemblé 150 convives, en pleine crise sanitaire. © Maxppp - Simon Daval

La salle du réception de l'Orangerie du Bois dans la petite commune d'Avernes saint Gourgon (Orne) avait été réservée quelques jours avant la réception. Niché dans un écrin de verdure, le luxueux domaine, très prisé de la clientèle parisienne, était à l'arrêt depuis plusieurs semaines. Et son propriétaire acculé financièrement avait accepté de louer la salle malgré l'interdiction, les organisateurs lui ayant assuré qu'il y n'aurait pas plus de 100 personnes.

Mais le jour du mariage, le 15 décembre 2020, le jour même de la fin du deuxième confinement, ce sont finalement 150 personnes qui sont arrivées sur place. Certaines après le couvre feu fixé à 20 heures, une trentaine de personnes qui avaient été verbalisées par les gendarmes prévenus de la fête. Mais à l'intérieur, les autres invités avaient continué à faire la fête sans masque ni respect des distances. 

Dès le lendemain, le propriétaire des lieux s'était retrouvé en garde à vue. Il avait indiqué aux gendarmes qu'il n'avait pas d'autre choix que de louer sa salle pour avoir de quoi survivre. C'est maintenant devant la justice qu'il va devoir s'expliquer. Le tribunal correctionnel d'Argentan le juge pour ouverture non autorisée et mise en danger de la vie d'autrui. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess