Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice DOSSIER : Mouvement des "gilets jaunes"

Mariage de Gilets Jaunes à Montluçon dans l'Allier : le mari placé en détention pour violences conjugales

vendredi 29 mars 2019 à 18:56 Par Mickaël Chailloux, France Bleu Pays d'Auvergne

Ennrick et Christel s'étaient mariés le 16 février dernier. Mais la lune de miel a tourné court : sa femme l'accuse d'avoir eu envers elle des attitudes humiliantes et lui avoir craché au visage. Déjà connu de la justice, l'homme a été incarcéré à la maison d'arrêt de Montluçon mi-mars.

L'image du mariage immortalisée le 16 février à la mairie de Montluçon
L'image du mariage immortalisée le 16 février à la mairie de Montluçon © Radio France - Maud Calvès

Montluçon, France

Le couple s'est formé le 8 décembre sur le péage de Bizeneuille. Ils avaient "hâte de se marier". "C'était une évidence" avait alors commenté une Gilet Jaune devenue leur témoin. Sauf que l'image d'Épinal s'est très vite assombrie. 

Dans les jours qui ont suivi le mariage, Christel dépose plainte pour violence par conjoint au commissariat de police de Montluçon. Selon elle, son mari lui aurait craché au visage, mais aussi usé d'attitudes intimidantes et humiliantes. 

Un homme déjà connu de la justice

A 45 ans, cet homme était déjà passé par la case tribunal. En septembre dernier, il avait été condamné à deux mois de prison ferme pour port d'armes par le tribunal correctionnel de Montluçon. La peine était aménageable. 

L'homme était également sous le coup d'une procédure pénale dans le Puy-de-Dôme : suite à une manifestation dans le département au début du mouvement, il était accusé de violences, rébellion et outrage à une personne dépositaire de l'autorité publique. 

Le parquet de Montluçon, qui confirme ce vendredi soir les informations du journal La Montagne, a donc décidé de lui faire purger cette peine de deux mois fermes. L'homme de 45 ans a été placé en détention à la maison d'arrêt de Montluçon. 

Il devra donc répondre de ses actes devant la justice : dans l'Allier le 12 juin prochain, dans le Puy-de-Dôme en septembre 2019.