Faits divers – Justice

Marie-Hélène Hétier Debaure : "Les avocats ne sont pas juges et il va y avoir des situations délicates"

Par Soizic Bour, France Bleu Bourgogne mercredi 28 décembre 2016 à 10:51

Marie-Hélène Hétier Debaure, avocat au barreau de Dijon
Marie-Hélène Hétier Debaure, avocat au barreau de Dijon © Radio France - Soizic Bour

Le divorce est en pleine révolution. A partir du 1er janvier, il sera possible de divorcer sans passer devant un juge. Une mesure qui fait partie de la grande réforme juridique adoptée en octobre. Et qui doit permettre de déjudiciariser le divorce pour désengorger les tribunaux.

La nouvelle réforme du divorce par consentement mutuel entrera en vigueur au 1er janvier. Elle stipule que maintenant, il y aura un avocat pour chaque conjoint et une convention discutée entre les deux parties, contresignée ensuite par les deux conseils puis enregistré chez le notaire.

Inquiétude des associations familiales mais aussi des avocats

Le divorce sera effectif après un délai de rétraction de 15 jours. Le but, c'est de déjudiciariser le divorce, pour désengorger les tribunaux notamment. De leur côté, les associations familiales s'inquiètent des dérives de cette loi. Il évoquent notamment des déséquilibres familiaux mais aussi une hausse du coût du divorce, ou encore le sort des enfants pour les couples qui en ont.

Mais les avocats aussi montent au créneau, à l'image de Marie-Hélène Hétier Debaure, avocat au barreau de Dijon. Elle était l'invitée de France Bleu Bourgogne ce mercredi matin à 7h50.

"C'est une fausse bonne idée pour désengorger les tribunaux et alléger le coût de la justice au niveau budgétaire. Ça peut être une bonne idée quand on a un souci de rapidité. Mais c'est une fausse bonne idée aussi pour le budget des familles car il faudra deux avocats"

Marie-Hélène Hétier Debaure, avocat au barreau de Dijon