Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Marie-Océane et l'affaire du Gardasil : "Que personne d'autre ne vive la même galère"

Marie-Océane, qui porte plainte contre le laboratoire Sanofi et l'Agence national de sécurité du médicament après deux vaccinations au Gardasil, s'exprime devant les médias. La jeune fille de 18 ans attendait d'être moins malade pour parler. Ses parents l'ont suivi dans son combat. Aujourd'hui, elle demande que les effets secondaires du Gardasil soit reconnus et notifiés.

Marie-Océane Bourguignon entourée de ses parents
Marie-Océane Bourguignon entourée de ses parents © Radio France - Mila Ta ninga

La jeune fille semble mal à l'aise devant les caméras et a du mal à finir ses phrases face aux questions pressantes de journalistes. Entourée de ses parents et de son avocat, la jeune landaise trouve tout de même le courage de dire l'essentiel : son calvaire et sa demande.

"Je dors tout le temps, je suis fatiguée, j'ai des vertiges en permanence, la concentration : je n'en ai pas du tout, j'ai du mal à marcher. J'ai juste envie  qu'on mette au courant les gens. [Que les autres filles vaccinées] ne vivent pas la même galère" Marie-Océane Bourguignon

La première plainte au Pénal contre Sanofi Pasteur MSD et l'Agence nationale de sécurité du médiacament pour "atteinte involontaire à l'intégrité de la personne humaine " vient d'être déposée auprès du parquet du tribunal de Bobigny (Seine-Saint-Denis), vendredi par son avocat, maître Jean-Christophe Coubris, basé à Bordeaux. Il est également l'avocat qui défend déjà les victimes du Médiator et des pilules de 3e et 4e génération.  

De l'ordonnance pour faire de la danse à la vaccination

Une première vaccination au Gardasil a eu lieu en octobre 2010 , suite à une visite chez le médecin pour une ordonnance. Marie-Océane a 15 ans. A ce moment là, elle veut faire de la danse hip-hop. Dès les quinze premiers jours, elle commence à sentir des effets indésirables : fourmillements aux bras et à la jambe.

"Je ne sentais plus ma jambe, je me tenais à des amis. J'étais dans un état comateux, j'ai pas trop de souvenir... " Une phrase que Marie-Océane ne peut pas finir, les larmes aux yeux, tant le souvenir et la souffrance semble remonter aujourd'hui. "Elle n'a jamais pleuré pendant tout ce temps. C'est moi qui craquait bien souvent plus qu'elle... " souligne sa mère.

Une deuxième vaccination vient ajouter son lot de complications : elle déclenche une sclérose en plaque. S'ensuivent deux années de galère pour la famille.

En 2011, elle a été hospitalisée une première fois à Dax pour des vertiges et des vomissements, puis au CHU de Bordeaux, suite à des pertes de la vue, de la marche et d'une paralysie faciale . Son état s'est stabilisé il y a un an, mais elle ressent toujours une fatigue permanente.

Des photos du Gardasil et de l'hospitalisation de Marie-Océane Bourguignon - Radio France
Des photos du Gardasil et de l'hospitalisation de Marie-Océane Bourguignon © Radio France - Mila Ta ninga

"Confiance à notre médecin"

A l'époque, les publicités pour faire vacciner les jeunes filles contre le cancer du col de l'utérus étaient visibles à la télévision, dans les centres médicaux.

"Il y a plein de mères et leurs filles qui se sont rendues dans les cabinets médicaux, chez les gynécologues ou chez les médecins traitants. Elles avaient devant elles des affiches publicitaires de ces vaccins. Dans le magazine Femina, il y avait aussi cette publicité. Vous entrez dans le cabinet médical, on vous propose ce vaccin. Qu'est-ce que vous faites ? Vous voulez protéger votre fille, vous faites confiance." Yvelines Bourguignon, la maman de Marie-Océane

 

 

"À tout moment, elle peut rechuter. J'ai eu la rage. Quand vous avez une gamine en bonne santé... Ca a gâché notre vie" -Jean-Jacques Bourguignon, le père de Marie-Océane

Aujourd'hui, Océane est en première année de Bac professionnel à Bayonne. Des cours qu'elle a du mal à suivre et a deux années d'étude de retard. Elle tente de trouver, avec sa famille, "un métier où elle sera plus ou moins assise" .

Sanofi réfute le lien de causalité

Deux experts mandatés par la commission régionale de conciliation et d'indemnisation (CRCI) des accidents médicaux ont reconnu le lien entre le vaccin et la maladie.

Sanofi Pasteur MSD a confirmé dimanche la conclusion, mais la conteste. Selon le laboratoire, elle s'appuie "uniquement sur la constatation d'une coïncidence temporelle entre la survenue et les symptômes de la maladie et de la vaccination ", sans prouver le lien de causalité.****

Pour Jean-Christophe Coubris, l'avocat Bordelais de Marie-Océane - qui assure avoir reçu une cinquantaine de témoignages en 24h, la réponse des laboratoires est toujours la même.

"On verra l'efficacité du Gardasil dans 30 ans" J.C. Coubris, avocat de Marie-Océane Bourguignon

Son père aussi est en contact avec d'autres familles.

Gardasil "Je suis en relation avec des centaines de familles" Jean-Jacques Bourguignon, le père de Marie-Océane

 

Gardasil "Je voyais les pubs à la télé, je me disais que c'était pour mon bien" Marie-Océane Bourguignon

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu