Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Cour d'Assises des mineurs du Rhône : Marin pardonne mais n'excuse pas

jeudi 3 mai 2018 à 17:14 Par Fabrice Hawkins, France Bleu Saint-Étienne Loire et France Bleu

Ce jeudi pour le deuxième jour de procès, Marin a fait face à son agresseur présumé pour la première fois. Lors de l'audience Marin lui a pardonné sans pour autant l'excuser. Il a été roué de coups le 11 novembre 2016 pour avoir pris la défense d'un couple qui s'embrassait à Lyon.

Marin et sa mère dans le hall du Palais de justice de Lyon
Marin et sa mère dans le hall du Palais de justice de Lyon © Radio France - Nerissa Hemani

Saint-Étienne, France

En ce deuxième jour de procès à la Cour d'Assises des mineurs du Rhône, la parole est donnée à Marin, sa mère et à l'accusé. À la barre Marin a expliqué la souffrance et la peine qu'il endure depuis ce 11 novembre 2016, le jour où le jeune homme s'est fait tabasser. La présidente de la Cour a ensuite laissé les deux protagonistes échanger. Dans un face-à-face émouvant Marin a exprimé de la compassion à l'égard de celui qui lui aurait porté des coups de béquilles à la tête. La victime a même expliqué qu'elle pouvait pardonner le geste mais pas l'excuser. 

Le jeune supporter de l'ASSE a des séquelles. Il ne se souvient plus de son agression par exemple. Au cours de l'audience, des experts médicaux ont détaillé l'état passé et actuel de Marin. Leurs témoignages devraient permettre aux jurés de déterminer l'intensité de l'attaque subie par Marin. Ce qui aura évidemment une incidence sur la peine requise à l'encontre de son agresseur présumé.