Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Rassemblement de soutien à l'appel du STC devant le commissariat d'Ajaccio

-
Par , , France Bleu RCFM

Deux marins STC de la Méridionale ont été entendus sous le régime de la garde à vue mercredi 6 novembre au commissariat d'Ajaccio. Il leur est reproché d'avoir lancé des bouteilles d'acide, en juin dernier, lors du conflit social des salariés de la Méridionale.

Rassemblement de soutien du STC devant le commissariat d'Ajaccio
Rassemblement de soutien du STC devant le commissariat d'Ajaccio © Radio France - Olivier Castel

Corse - France

Convoqués pour être entendus par les enquêteurs, deux des trois marins de la Méridionale, suspectés d'avoir lancé des bouteilles d'acide dans l'enceinte de la préfecture de Corse à Ajaccio, lors du conflit social en juin dernier, ont finalement été interpellés à leur domicile. Les policiers ont également procédé à des perquisitions. Un mode opératoire qui a provoqué une certaine colère dans les rangs du STC. L'organisation  syndicale l'a fait savoir à l'occasion d'un rassemblement de soutien devant le commissariat d'où les deux marins sont finalement ressortis sur le coup de 17h30. L'organisation syndicale demande l'arrêt des poursuites même si l'on ne sait pas vraiment quelles suites seront données à cette double garde à vue. Me Jean-Marc Lanfranchi, leur avocat, dénonce une procédure disproportionnée : " tout cela ne mérite pas un renvoi devant un tribunal. A priori, il n'y a pas d'ouverture d'information judiciaire. Soit il y aura une convocation, directement, devant un tribunal, soit il y aura, ce qui serait normal, l'abandon des poursuites. Cela reste à la discrétion du procureur de la République pour l'instant."

Me Jean-Marc Lanfranchi dénonce une procédure disproportionnée

Cyril Venouil, le délégué STC des marins de la Méridionale, suspecte lui, une tentative de déstabilisation : " quand on interpelle des syndicalistes comme on interpelle des criminels en envoyant une armada de gendarmes et de policiers à leur domicile, on peut s'interroger sur la motivation de ces interpellations. Je dis qu'aujourd'hui, les accusations et les interpellations sont totalement disproportionnées par rapports aux faits qui sont reprochés aux salariés de la compagnie qui, je le rappelle, se battent pour le maintien de leurs emplois et la survie de leurs emplois au sein de la compagnie Méridionale."

Cyril Venouil, délégué STC de la Méridionale, suspecte une tentative de déstabilisation

Un troisième marin, actuellement en mer entre la Corse et la Sardaigne sera entendu prochainement par ces mêmes enquêteurs. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu