Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Retrouvez les résultats définitifs du second tour des Municipales, commune par commune

Tous les résultats

Marne : la propriétaire d'une résidence pour personnes vulnérables poursuivie pour violences

-
Par , France Bleu Champagne-Ardenne, France Bleu

La propriétaire d'un pavillon d'Esternay (Marne) est poursuivie pour violences sur personne vulnérable et mise en danger de la vie d'autrui. Elle est accusée d'avoir maltraité les résidents de sa structure d'accueil privée. Celle-ci ne serait plus agréée depuis dix-huit ans.

Le tribunal de Châlons-en-Champagne
Le tribunal de Châlons-en-Champagne © Radio France - Philippe Rey-Gorez

La propriétaire d'un pavillon d'Esternay (Marne) est poursuivie pour violences sur personne vulnérable et mise en danger de la vie d'autrui. Elle accueille des personnes âgées entre 58 et 97 ans, dans une structure privée. La fille de l'une des résidentes a porté plainte pour des violences subies par sa maman handicapée. 

Violences physiques et psychologiques

Les faits reprochés vont de la claque, à obliger la victime à étendre le linge malgré son handicap. Des faits dénoncés par la fille de cette dame de 58 ans et confirmés par les autres résidents. Ces derniers disent ne pas avoir subi de violences physiques mais reconnaissent un "comportement rude" de la part de la propriétaire. "Ils rapportent également que la propriétaire quittait les lieux la nuit, laissant les résidents seuls, parfois enfermés dans leur chambre, sans surveillance", rapporte la procureure de la République de Châlons-en-Champagne, Ombeline Mahuzier.

Plus d'agrément depuis 2002 ?

Par ces accusations, les conditions d'accueil et de sécurité des résidents sont remises en cause. Le parquet de Châlons, qui a ouvert une enquête, se concentre en priorité sur le volet sécuritaire même si un autre volet, administratif, intrigue. Selon les premiers éléments recueillis par les enquêteurs, l’hébergeuse aurait perdu son agrément en 2002. Elle n'était donc plus censée recevoir des personnes vulnérables dans sa structure, qui plus est contre une rémunération puisque les familles payaient notamment les frais de loyer et d'entretien. Si ces faits sont avérés, ils feront "eux aussi l'objet de poursuites judiciaires", promet Ombeline Mahuzier.

Les cinq résidents de la structure ont quitté les lieux et la propriétaire reste libre en attendant de comparaître devant le tribunal de Châlons-en-Champagne, le 9 décembre prochain.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu