Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers - Justice

L'agriculteur de la Marne qui a tiré sur un voleur de carburant présumé, remis en liberté

- Mis à jour le -
Par , , France Bleu Champagne-Ardenne, France Bleu

La cour d'appel de Reims a ordonné ce jeudi la remise en liberté de Jean-Louis Leroux, un agriculteur de la Marne en détention provisoire après avoir tiré sur un homme soupçonné de lui avoir volé du carburant. La FDSEA avait organisé une marche pour le soutenir.

Quelque 550 personnes (selon la police) sont venues soutenir l'agriculteur marnais à la cour d'appel.
Quelque 550 personnes (selon la police) sont venues soutenir l'agriculteur marnais à la cour d'appel. © Radio France - Sophie Constanzer

La cour d'appel de Reims a ordonné ce jeudi 13 février la remise en liberté sous contrôle judiciaire de Jean-Louis Leroux, cet agriculteur marnais mis en examen pour "tentative d'homicide volontaire" et placé en détention provisoire le 3 février. L'exploitant est accusé d'avoir tiré sur un homme de 19 ans, soupçonné de lui avoir volé du carburant sur son exploitation dans la nuit du 31 janvier au 1er février, à Ambrières dans la Marne. Le pronostic de la victime a été engagé. 

Après une première demande rejetée la semaine dernière, l'avocat de Jean-Louis Leroux avait demandé une nouvelle fois, ce jeudi, la libération sous contrôle judiciaire de l'agriculteur, "un homme qui n'a pas voulu tuer". A l'audience, le parquet général est allé dans son sens puisqu'il a requis la remise en liberté de Jean-Louis Leroux. Ce qui a choqué l'avocat de la victime, membre de la communauté des gens du voyage et toujours hospitalisé dans le coma. "C'est la porte ouverte à ce que s'organise dans nos campagnes, une justice privée", a estimé Maître Hellenbrand. 

Une marche de soutien à Reims avec 550 personnes

Des agriculteurs, mais aussi des maires de petites communes, et des anonymes ont participé ce jeudi matin à la marche de soutien à Jean-Louis Leroux, à l'appel de la FDSEA de la Marne. Selon notre reporter sur place, certains étaient venus de loin, du sud du département de la Marne, mais aussi de l'Aube. Selon les chiffres de la police, ils étaient 550 à marcher jusqu'à la cour d'appel de Reims. 

Les agriculteurs rassemblés ce jeudi ont dénoncé "l'abandon des territoires ruraux" et estimé que ce qui est arrivé à Jean-Louis Leroux "est l'affaire de tous". Ils expriment un sentiment de "ras-le-bol." Hervé Lapie, le président de la FDSEA de la Marne et président de la FNSEA Grand Est, a pris la parole devant la foule. "C'est à la justice de faire son travail par contre le message qu'on veut faire passer c'est qu'aujourd'hui l'insécurité est grandissante", souligne Hervé Lapie qui est allée accueillir ce jeudi Jean Louis Leroux à sa sortie de la maison d'arrêt. 

Des agriculteurs venus de toute la Marne et également de l'Aube pour soutenir Jean-Louis Leroux à Reims - Radio France
Des agriculteurs venus de toute la Marne et également de l'Aube pour soutenir Jean-Louis Leroux à Reims © Radio France - Sophie Constanzer

La FDSEA dénonce une recrudescence des vols sur les exploitations

L'affaire est devenue symbolique pour les agriculteurs de la région et les représentants de la profession face à des vols et des actes de malveillance qu'ils jugent de plus en plus fréquents sur les exploitations. Celle de Jean-Louis Leroux, 46 ans, avait déjà fait l'objet d'une quarantaine de vols selon son avocat. L'éleveur marnais avait même rencontré les gendarmes sur ce sujet le 2 décembre dernier. La FDSEA estime aujourd'hui qu'il y a un drame certes, mais que Jean-Louis Leroux ne peut en porter seul la responsabilité.

La marche de soutien à Jean Louis Leroux s'est arrêtée devant la cour d'appel de Reims.  - Radio France
La marche de soutien à Jean Louis Leroux s'est arrêtée devant la cour d'appel de Reims. © Radio France - Sophie Constanzer

Dans le cortège, beaucoup de témoignages comme celui de Philippe, agriculteur à Somsois dans la Marne : "Je me suis fait volé 7 fois en 3 ou 4 ans, on nous dit de porter plainte, on porte plainte, on nous dit d'aller voir nos assurances, une fois, deux fois, trois fois, et on se fait virés... Il y a eu plusieurs vols, c'est jamais les mêmes personnes, un coup c'est l'atelier qui est visé, un coup c'est le vol de GPS, un coup c'est le vol de gazoil, la gendarmerie elle est à 50 kilomètres que voulez vous qu'ils fassent ?!"

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu