Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Marne : procès pour une double tentative d'assassinat d'un couple de vignerons

lundi 6 mars 2017 à 15:20 - Mis à jour le lundi 6 mars 2017 à 22:56 Par Sophie Constanzer, France Bleu Champagne-Ardenne

Un homme de 39 ans est jugé depuis lundi matin devant la Cour d'assises de la Marne à Reims pour tentative d'assassinat sur un couple de vignerons à Faverolles-et-Coëmy en mai 2013. L'accusé connaissait le couple mais le mobile semble obscure.

Le procès doit durer trois jours devant la Cour d'assises de la Marne à Reims.
Le procès doit durer trois jours devant la Cour d'assises de la Marne à Reims. © Radio France - Sophie Constanzer

Faverolles-et-Coëmy, France

Un homme de 39 ans est jugé depuis lundi 6 mars à Reims pour avoir tenté d'assassiner un couple de vignerons il y a quatre ans à Faverolles-et-Coëmy, à une vingtaine de km de Reims. Les faits remontent au 29 mai 2013 : un vigneron est retrouvé dans une marre de sang, entre la vie et la mort, dans son local viticole tandis que son épouse est gravement blessée au crâne et aux mains. D'importantes recherches ont lieu à l'époque dans le village marnais pour retrouver l'agresseur, finalement arrêté et mis en détention en novembre 2014.

Je me souviens que je suis parti pour faire des photocopies et après plus rien, c'est le trou noir -- le vigneron

L'accusé, jugé pour double tentative d'assassinat devant la Cour d'assises de la Marne, est un homme qui a travaillé pour le couple comme chef d'équipe de vendangeurs plusieurs années auparavant, en 2006 et 2007. "Je reconnais avoir agressé le couple, mais je n'ai jamais eu l'intention de les tuer", a expliqué ce père de famille franco-turc dès l'ouverture du procès ce lundi. Pourtant la violence des coups portés aux deux victimes témoigne d'une intention de tuer selon les avocats du couple de vignerons.

Frappé sur le crâne a cinq reprises avec une lame de tondeuse ou un pied de biche -un doute subsiste sur l'arme du crime-, le vigneron est retrouvé dans une marre de sang et son pronostic vital est engagé ce 29 mai 2013. Et détail troublant, deux cordons de téléphone serrent le cou de la victime quand il est découvert. "C'est le trou noir", raconte le vigneron âgé de 64 ans qui ne se souvient de rien mais qui a du réapprendre à marcher après l'agression et qui vit encore avec des maux de tête permanents.

La thèse du cambriolage qui a mal tourné mise à mal

Mais quel est le mobile ? c'est toute la question. L'accusé prétend qu'il venait pour dérober une arme, un fusil aperçu quand il travaillait chez le couple de vignerons. Mais pourtant rien n'a été fouillé dans le local, et seuls la casquette, le téléphone du vigneron et un trousseau de clés ont disparu le matin de l'agression. Fragile donc la thèse du cambriolage qui a mal tourné. D'autant plus quand on voit les images d'une caméra de vidéo surveillance qui filme la propriété du couple.

On voit l'accusé y pénétrer dès 7h30 soit... plus de deux heures avant l'agression ! L'accusé attend, se cache dans un fourgon, puis derrière une enjambeuse et on le voit mettre une cagoule, attendre encore, puis rentrer dans le local viticole. Avant les premiers échanges de coups à 9h40 avec le vigneron. Un différent financier existe bien entre les deux hommes, mais il date de 2008. En attendant, l'accusé risque la réclusion criminelle à perpétuité.