Faits divers – Justice

Marne : quatre élus de la commune de Cramant braqués lundi soir

Par Sylvie Bassal, France Bleu Champagne-Ardenne mardi 6 septembre 2016 à 19:26

Palais de justice de Châlons
Palais de justice de Châlons

Le maire de la commune de Cramant, dans le département de la Marne et trois de ses adjoints sont restés une dizaine de minutes sous la menace d'un individu armé lundi soir dans une salle de la mairie. L'individu avait un compte à régler mais on ne sait ni avec qui ni pourquoi!

Le maire de Cramant ne comprend toujours pas pourquoi il s'est fait menacer. Denis Pinvin était en réunion préparatoire du prochain conseil municipal lundi soir, en mairie, avec trois de ses adjoints quand un individu a fait irruption dans la pièce. Un homme  armé qui a pointé son révolver en direction des élus. Il cherchait le maire.

"C'est moi " a répondu Denis Pinvin. Il y a eu  un échange rapide et puis cette question de l'homme armé : "Où étiez-vous les 20 et 21 août dernier ?

"En vacances " répond Denis Pinvin. "En vacances dans le sud de la France ". Une réponse qui a semblé déstabiliser le braqueur.

"Tout d' un coup "dit Denis Pinvin, "tout d' un coup , je n' étais plus celui qu'il cherchait !

L'individu prend son téléphone, passe un coup de fil, bredouille quelque chose , baisse son arme et avant de sortir lance " vous avez de la chance ".

Il disparaît. La scène a duré une dizaine de minutes.

On imagine le soulagement mais aussi  toute l'incompréhension  du maire et de ses adjoints qui se précipitent à la fenêtre, suivent du regard l'homme qui  est en train de partir au volant de sa voiture . Ils ont le temps de noter l'immatriculation avant d'alerter les gendarmes. L'homme sera interpellé rapidement. Il a reconnu les faits mais avare de détails pour expliquer son geste. Il comparaîtra le 15 février prochain devant le tribunal correctionnel de Châlons-en-Champagne pour violences volontaires avec arme.

Denis Pinvin, le maire de Cramant et ses adjoints restent choqués et surtout ne comprennent toujours pas ce que cherchait ce soir-là l'homme qui les a menacés d'une arme à feu.

Partager sur :