Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers - Justice

À Marseille, le personnel municipal menacé de mort par la famille d'une musulmane qui refusait de montrer son visage

-
Par , France Bleu Provence
Marseille, France

Une femme a refusé d'ôter son voile islamique mercredi à Marseille alors qu'elle venait retirer un passeport. Comme les agents du bureau voulaient faire appliquer la loi, son fils et sa fille sont venus menacer le personnel. Très choquées, les 5 femmes agents ont fait valoir leur droit de retrait.

Passeport français (illustration).
Passeport français (illustration). © Maxppp -

Les cinq agents sont encore sous le choc après ce qui s'est passé mercredi dans un bureau de proximité de la mairie du 13e arrondissement, quartier La Rose, à Marseille. Une femme musulmane entièrement voilée se présente pour retirer un passeport. Comme le veut la législation, l'agent lui demande de retirer son voile pour comparer son visage avec celui de la pièce d'identité. La femme continuer de refuser.

Quelques minutes plus tard, la situation dégénère. Une partie de sa famille débarque dans le bureau pour insulter et menacer le personnel. Daniel Sperling, adjoint au maire aux bureaux de proximité à Marseille raconte au micro France Bleu Provence :

"Le fils de 20 ans et la fille de 18 ans nous ont dit que leur mère avait été mise à nu et qu'ils allaient faire sauter le bureau avec des djihadistes."

C'est plus qu'un choc émotionnel, d'autant que le contrôle d'identité a été fait dans le plus grand respect de la personne. La loi est la même tous. Nous devons rester fermes sur les principes de la République".

Les cinq agents (des femmes) du bureau doivent consulter un psychologue, elles ont fait valoir leur droit de retrait et elles n'ont toujours pas repris le travail. Le bureau est fermé, il ne rouvrira que ce lundi. Une enquête est en cours.

Le témoignage Daniel Sperling, adjoint aux bureaux de proximité à Marseille

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu