Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Martine Aubry confirme l'ouverture d'un centre de suivi de djihadistes à Lille : "je n'ai aucune raison de m'y opposer"

-
Par , France Bleu Nord

Lille sera bien la quatrième ville de France à accueillir un programme d'accueil individualisé et de réaffiliation sociale, à destination de djihadistes, notamment à leur sortie de prison. La maire socialiste Martine Aubry l'a confirmé ce lundi au micro de France Bleu Nord. Ouverture le 7 octobre.

Lille sera la quatrième ville de France à accueillir, à partir du 7 octobre, le programme d'accueil individualisé et de réaffiliation sociale (PAIRS)
Lille sera la quatrième ville de France à accueillir, à partir du 7 octobre, le programme d'accueil individualisé et de réaffiliation sociale (PAIRS) © Maxppp - PHOTOPQR/L'EST REPUBLICAIN

Lille, France

Après Paris, Marseille et Lyon, Lille est la quatrième ville choisie par le ministère de la justice pour accueillir le programme d'accueil individualisé et de réaffiliation sociale (PAIRS). Il s'agit d'une structure qui suit des personnes séduites par l'idéologie djihadiste.

Les profils sont divers : des détenus en attente de leur procès pour des délits liés au terrorisme, des personnes déjà condamnées pour ces faits, et qui sont sorties de prison, ou même des personnes repérées pour du prosélytisme, ou pour lesquelles la famille se pose des questions sur un éventuel embrigadement.

Ouverture le 7 octobre

La structure lilloise ouvrira le 7 octobre 2019, dans le centre de Lille, aucun lieu précis n'a encore été arrêté. Une trentaine de personnes devraient y être suivies, au maximum. C'est équivalent aux programmes de Lyon et de Marseille, celui de Paris en accueille 50.  Il ne s'agit en aucun cas d'un centre pour les héberger, mais de consultations en milieu ouvert. L'administration pénitentiaire précise d'ailleurs que les entretiens n'auront pas nécessairement lieu dans les bureaux. Les éducateurs, psychologues, imams, et autres spécialistes, pourront recevoir à l'extérieur, voire se déplacer à domicile.

"Je n'ai aucune raison de m'y opposer" - Martine Aubry

La maire socialiste de Lille, Martine Aubry, affirme qu'elle n'a pas demandé à ce que ce programme s'installe dans sa ville, mais elle l'accepte sans réticence : "je n'ai aucune raison de m'y opposer. Si cela peut aider à lutter contre l'islamisation dans notre métropole, il faut le faire. Je pense que c'est une bonne chose pour éviter les drames. Accompagner le ministère de la justice dans cette action me paraît une nécessité".

ECOUTEZ : Martine Aubry, maire de Lille

Choix de la station

France Bleu