Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Maryse Joissains jugée en appel : "Ma mère n'a commis aucun délit", assure la sénatrice Sophie Joissains

-
Par , France Bleu Provence

La sénatrice centriste et conseillère municipale d'Aix-en-Provence est aux côtés de sa mère, Maryse Joissains, jugée en appel pour favoritisme et prise illégale d'intérêt. Sophie Joissains a également rappelé que la mairie l'intéressait pour les municipales en 2020.

La sénatrice Sophie Joissains est aux côtés de sa mère Maryse Joissains jugée en appel
La sénatrice Sophie Joissains est aux côtés de sa mère Maryse Joissains jugée en appel © Maxppp -

Aix-en-Provence, France

Invitée de France Bleu Provence matin ce mercredi, Sophie Joissains estime que la maire d'Aix-en-Provence jugée ce mercredi en appel pour favoritisme et prise illégale d'intérêt devant la cour d'appel de Montpellier n'a "commis aucun délit". "Il n'y a aucun enrichissement personnel ni emploi fictif reprochés", a insisté l'élue à propos de sa mère condamnée en première instance à un an de prison avec sursis et 10 ans d'inéligibilité

Âgée de 76 ans, maire d'Aix-en-Provence et présidente de la communauté d'agglomération du Pays d'Aix (CPA) depuis 2001, députée de 2002 à 2012, Maryse Joissains-Masini avait été condamnée en juillet 2018 pour avoir notamment promu indûment son chauffeur et embauché à la CPA une collaboratrice en charge de la protection animale alors que ce domaine ne relevait pas des compétences de cette collectivité.

"Une instruction à charge et bâclée."

Selon Sophie Joissains,  présente ce mercredi après-midi à Montpellier aux côtés de Maryse Joissains "en tant que fille", "l'instruction a été menée dans un contexte politique, à charge, bâclée et avec un procès inéquitable". Alors qu'en première instance, le procureur, qui avait réclamé une peine de 18 mois de prison dont neuf fermes, et 10 ans d'inéligibilité à son encontre, avait estimé "parfaitement constitués" les délits de détournement de fonds publics et de prise illégale d'intérêts, "d'une gravité extrême car ils sont le contraire de la probité attendue d'un élu", la sénatrice centriste a répondu qu'il s'agissait de "littérature". 

"Son chauffeur n'était pas simplement son chauffeur" a expliqué Sophie Joissains qui a dénoncé "beaucoup d'amalgames". "C'était un collaborateur de cabinet qui était quand même catégorie B depuis plus de cinq ans et qui correspondait aux conditions légales". En cas de confirmation de la peine, Sophie Joissains qui espère la relaxe de sa mère, a évoqué la possibilité d'un recours "mais on n'espère ne pas en arriver là".

"J'ai très envie d'être candidate à la mairie d'Aix-en-Provence."

Sophie Joissains a par ailleurs indiqué qu'elle avait 'très envie d'être candidate à la mairie d'Aix-en-Provence aux prochaines élections municipales en 2020 "mais "les choses ne sont pas décidées. Elle le seront après les élections européennes". "Aix-en-Provence est une ville magnifique et bien sûr que j'ai envie de poursuivre le travail", a conclu Sophie Joissains. 

La sénatrice centriste d'Aix-en-Provence Sophie Joissains

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu