Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Maryse Joissains sera jugée ce lundi à Montpellier pour favoritisme

samedi 12 mai 2018 à 18:30 Par Thibault Maisonneuve, France Bleu Provence

Maryse Joissains, maire LR d'Aix-en-Provence sera jugée ce lundi à Montpellier pour avoir embauché une collaboratrice chargée de la maltraitance animale et la promotion de son chauffeur.

Maryse Joissains maire LR d'Aix-en-Provence
Maryse Joissains maire LR d'Aix-en-Provence © Maxppp -

Aix-en-Provence, France

La maire LR d'Aix-en-Provence Maryse Joissains comparaît ce lundi devant le tribunal correctionnel de Montpellier pour détournement de fonds publics et prise illégale d'intérêts.

Mise en examen en 2014, l'élue de 75 ans, maire d'Aix-en-Provence depuis 2001, présidente de la Communauté du Pays d'Aix et députée de 2002 à 2012, se voit reprocher l'embauche d'une collaboratrice chargée de la maltraitance animale, la promotion de son chauffeur et deux emplois pour les enfants de ce dernier.

Des soupçons de promotion de son chauffeur 

Alerté en 2012 par une lettre anonyme, le parquet d'Aix-en-Provence avait alors ouvert une enquête et a ensuite demandé que Maryse Joissains ne soit pas jugée dans sa ville. Au terme de leurs investigations, les enquêteurs ont mis en exergue "un somptueux mélange d'autocratie, de népotisme et de désinvolture dans l'engagement des deniers publics" tant à la mairie qu'à la communauté du pays d'Aix.

Maryse Joissains avait exigé la promotion d'Omar Achouri, son chauffeur et conseiller, alors qu'il figurait à la 50e place sur une liste dressée par ordre de mérite. La maire avait justifié cette décision par "le nombre d'heures de travail fournies et ce qu'il a subi lors de la précédente municipalité" socialiste.

Et l'embauche d'une militante de la cause animale

L'élue aura également à s'expliquer sur l'embauche à son cabinet de la Communauté du Pays d'Aix d'une militante de la cause animale, Sylvie Roche, soeur d'un de ses proches. Selon l'enquête, les missions de cette collaboratrice, qui bénéficiait aussi d'une voiture de fonction, recoupaient celles déjà remplies par un service municipal et n'entraient pas dans les compétences communautaires.

Sur France Bleu Provence, la maire d'Aix-en-Provence avait expliqué qu'elle était convaincue d'être relaxée et qu'elle était "l'objet d'une dénonciation de gens qui m'en veulent".