Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Masques en tissu : "On a vu les stocks diminuer de moitié"

-
Par , France Bleu Sud Lorraine, France Bleu

Il devait faire la promotion des masques réutilisables : l'entrepreneur vosgien Yves Dubief estime sa mission accomplie. La moitié des stocks produits par les entreprises françaises au printemps a été écoulée.

De nombreuses entreprises françaises se sont lancées dans la fabrication de masques en tissu. Ici chez Davy Dao à Maxéville
De nombreuses entreprises françaises se sont lancées dans la fabrication de masques en tissu. Ici chez Davy Dao à Maxéville © Radio France - Thierry Colin

Pendant près de 2 mois, Yves Dubief n'a pas ménagé sa peine. L'entrepreneur vosgien, missionné par le gouvernement en juin dernier aux côtés de Guillaume Gibault, le patron du Slip français pour assurer la promotion des masques en tissu, estime avoir accompli sa mission. 

"Nous avons vu les stocks diminuer de moitié", résume le PDG de Tenthorey à Eloyes. Soit 20 millions de pièces, contre 40 au début de l'été. "Nous avons contacté les acheteurs des grands groupes français tant industriels que de la distribution et des services", détaille celui qui est aussi président de l'Union des industries textiles. "Nous avons fait la promotion de ces mêmes masques auprès des instances représentatives du personnel, des organisations syndicales et du ministère du Travail", complète-t-il.

Contradiction ? 

Dans le même temps, la production de masques en papier s'est accélérée en France. Une orientation qui n'a rien de contradictoire selon le patron vosgien. "C'est complémentaire", estime-t-il, "c'est un choix de vie et de consommation : soit on choisit le masque lavable avec la contrainte de le laver, d'avoir un peu plus chaud mais d'être meilleur pour la planète soit on choisit le masque jetable qui est plus pratique, plus simple... et on pense plus à soi qu'à la planète", conclut-il. Selon lui, la filière du masque réutilisable est prête à redémarrer si nécessaire cet automne.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess