Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Massacre d'Ascq : le descendant d'une victime porte plainte contre l'ancien nazi Karl Münter

vendredi 30 novembre 2018 à 17:14 Par Sophie Morlans, France Bleu Nord et France Bleu

74 ans après, il n'a aucun regret. Dans une interview diffusée jeudi 29 novembre par la chaîne publique allemande ARD, l'ancien SS Karl Münter revient sur le massacre d'Ascq auquel il avait participé en avril 1944. Alexandre Delezenne, descendant d'une des victimes, a aussitôt porté plainte.

Karl Karl Münter, dans l’émission diffusée, jeudi 29 novembre, sur la chaîne publique allemande ARD.
Karl Karl Münter, dans l’émission diffusée, jeudi 29 novembre, sur la chaîne publique allemande ARD.

Villeneuve-d'Ascq, France

74 ans après, Karl Munter ne voit pas en quoi il a mal agi. Cet ancien SS avait participé au massacre d'Ascq pendant la nuit du 1er au 2 avril 1944 :  86 civils avaient été assassinés par les nazis, dans ce village proche de Lille, en représailles après le déraillement d'un train provoqué par les résistants. Jeudi 29 novembre, la chaîne de télévision allemande publique ARD a diffusé son interview.  

Tant pis pour eux

Et il a eu ces mots: "Si j’arrête les hommes, alors j’en ai la responsabilité. Et s’ils s’enfuient, j’ai le droit de leur tirer dessus. Tant pis pour eux !" Cet ancien membre des jeunesses hitlériennes s'étonne aussi de la question qui lui est posée : "Pourquoi devrais-je avoir des regrets ?"

L'homme âgé aujourd'hui de 96 ans a aussi nié l'ampleur de l'Holocauste : "Il n’y avait pas autant de Juifs chez nous à l’époque. Cela a déjà été réfuté. J’ai récemment lu quelque part que ce chiffre de 6 millions n’est pas vrai. Moi, je n’y crois pas", dit-il devant les caméras.

Des mots très difficiles à entendre pour Alexandre Delezenne, descendant de l'une des victimes, la plus âgée d'entre elles. Son arrière grand-père avait 74 ans quand il a été réveillé, battu à coups de crosse puis assassiné, cette nuit du 1er au 2 avril 1944.  

"C'est très blessant", commente ce Dunkerquois, "c'est à vomir. À l'heure où les populismes reviennent partout en Europe, il faut que de tels propos soient sanctionnés".

Il a porté plainte vendredi après-midi, en Allemagne, pour apologie de crimes de guerre ou contre l'humanité et négationnisme. En espérant que, cette fois, l'ancien nazi sera puni par la justice. Car s'il avait déjà été condamné pour ce massacre, il n'a finalement pas passé un seul jour en prison, les faits ayant été prescrits. Mais pour les faits de négationnisme et de crimes contre l'humanité la prescription n'existe pas en Allemagne. 

Le maire de Villeneuve d'Ascq, Gérard Caudron, dénonce lui aussi des propos "ignobles" et va demander à Emmanuel Macron et Angela Merkel d'en faire autant.