Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Fermer
Retour
Faits divers – Justice

Matches truqués dans le tennis : un joueur de l'Yonne raconte

samedi 19 janvier 2019 à 20:29 Par Bruno Blanzat, France Bleu Auxerre

Dévoilée cette semaine, l'affaire des matches arrangés dans le tennis mondial, sur fond de paris en ligne, fait réagir dans le milieu de la petite balle jaune. Dans l'Yonne, des joueurs témoignent.

Les paris en ligne sur le tennis doivent-ils être interdits?
Les paris en ligne sur le tennis doivent-ils être interdits? © Maxppp - Jean-François FREY

Auxerre, France

L'affaire a fait vaciller la planète tennis. Jusque dans l'hémisphère sud, où se dispute actuellement l'Open d'Australie, à Melbourne. En début de semaine, L'Équipe révèle une tricherie de grande ampleur dans le tennis mondial, sur fond de paris en ligne. Le quotidien de sport revient sur l'arrestation de quatre joueurs français de la petite balle jaune, placés en garde à vue. L'un d'eux, Mick Lescure, 25 ans, 487e mondial, détaille même aux enquêteurs comment il se fait acheter. Les matches visés concernent les tournois Challengers et Futures, de deuxième et troisième division professionnelles.

Licencié à Monéteau, Quentin Robert a joué un match arrangé par son adversaire, il raconte

Une quarantaine de joueurs français seraient concernés. Ils sont approchés par un intermédiaire, surnommé "Maestro"*, un belge d'origine arménienne. Un homme qui parie de l'argent sur ces matches, sur internet. Le deal ? En échange de 500 à 2000 euros, en moyenne, ces  joueurs truquent leur partie, à la demande de l'intermédiaire, qui s'assure lui des gains confortables. 

Quentin Robert, 21 ans, dispute une bonne dizaine de tournois "Futures" par an, en Europe, en Asie ou en Afrique. Il assure n'avoir jamais été approché pour ce genre de pratiques. Mais le licencié au TC de Monéteau se souvient avoir disputé un match arrangé: "J'allais jouer un double contre un joueur qui me dit avant le match qu'il a parié sur un score exact, explique le 66e joueur français.

"Et je me souviens, il fait exprès de perdre un jeu, il fait quatre doubles-fautes. Il le donne complet. Et comme je savais sur quel score il avait parié, on a fait exprès de faire aussi quatre doubles fautes pour qu'il perde son pari. C'est trop facile lâche Quentin Robert. Moi, je ne joue au tennis au départ pour gagner de l'argent, je joue car j'adore ça et, après, je suis un compétiteur et je veux gagner mes matches. Je trouve ça dégueulasse que le mec en face ait parié et que lui, s'il réussit son pari, il prend 2 000 euros et moi, si je gagne mon double, je gagne 50 euros. Je n'adhère pas du tout à ça."

Quentin Robert raconte son match arrangé par son adversaire

"Je peux comprendre ces joueurs qui, juste pour vivre, acceptent beaucoup beaucoup d'argent" — Dorian Cool

Ces joueurs cèdent à la tentation car ils ont du mal à vivre du tennis. A ce niveau-là, en troisième division mondiale, une saison coûte "autour de 40 000 euros" selon l'Icaunais Dorian Cool. Les joueurs doivent payer leurs déplacements (avion, voiture, taxi etc...), leurs inscriptions aux tournois, leurs hôtels, leurs repas etc... "C'est vraiment une galère" selon le licencié au Tennis Club de Monéteau, qui apparait dans les 170 meilleurs Français. 

"Mis à part les 100 premiers (mondiaux) qui sont très vite, entre guillemets, millionnaires, ceux qui sont derrière et qui veulent essayer d'arriver plus haut et qui n'ont pas trop de moyens c'est vraiment très très compliqué de s'en sortir, même de manger. En France, quand on fait un quart de final dans un future, on gagne 400 euros alors que le tournoi va nous coûter 800 euros. Ce n'est pas rentable. C'est donc très compliqué de survivre. Je peux donc comprendre des joueurs qui, juste pour vivre, acceptent beaucoup beaucoup d'argent: 2 000 ou 3 000 euros sur des paris tout bêtes: on lui dit juste, à 2-1 au premier set, tu perds ton jeu de service et du gagneras 3 000 (euros) en espèce. C'est tellement facile entre guillemets. C'est hallucinant mais l'argent est tellement mal réparti au haut-niveau. Ils essaient de vivre, c'est tout et tentent de s'en sortir."

Dorian Cool: "Ils essaient juste de s'en sortir, de vivre"

Quentin Robert et Dorian Cool ne valident pas ces pratiques. "C'est moche pour le tennis de subir ça" conclut, dépité, Quentin Robert.

*Surnommé "Maestro" dans le milieu du tennis, Grigor Sargsyan a été arrêté en juin dernier par la justice belge et inculpé pour "corruption", "blanchiment d'argent", "appartenance à une organisation criminelle" et "infraction à la législation sur les jeux de hasard".