Faits divers – Justice

Maternité d'Orthez - le rapport d'expert accable Helga Wauters l'anesthésiste

Par Daniel Corsand, France Bleu Béarn jeudi 14 janvier 2016 à 18:48

Helga Wauters le jour de sa mise en examen
Helga Wauters le jour de sa mise en examen - maxppp

Les experts saisis par la juge d'instruction ont rendu leur rapport technique. Le bloc opératoire était en parfait état de marche, contrairement à ce qu'affirme Helga Wauters, l'anesthésiste mise en examen

Les choses se compliquent pour Helga Wauters l'anesthésiste d'Orthez mise en examen pour homicide involontaire après la mort d'une mère pendant un accouchement le 26 septembre 2014. L'enquête a révélé qu'Helga Wauters, alcoolique chronique, était saoule dans le bloc opératoire où la jeune femme a subi une césarienne. La juge d'instruction a demandé à des experts médicaux de l'éclairer sur les considérations techniques de ce drame. Ils ont vérifié le matériel du bloc opératoire. L'anesthésiste ayant expliqué qu'il était défectueux.

Un système d'assistance respiratoire en état de marche

C'est son principal axe de défense : Helga Wauters affirme que le système d'assistance respiratoire n'a pas marché ce jour là. Les experts sont catégoriques. Il marchait très bien. Helga Wauters n'a donc pas su le faire marcher. En revanche ces mêmes experts écartent toute implication de l'anesthésiste sur les onze décès survenus dans l'établissement pendant ses jours de services. Quelques jours après les faits, la substitut du procureur avait fait saisir ces onze dossiers médicaux. Il n'y a donc pas d'autres actes à lui reprocher.

L'alcool toujours au centre du dossier

Helga Wauters est toujours en difficulté par rapport à l'alcool. Cet été en juillet, elle a été contrôlée positive au volant de sa voiture, prés d'Orthez alors qu'elle se rendait à la gendarmerie pour pointer comme le prévoit son contrôle judiciaire. Son alcoolisme est plus que jamais central dans ce drame. Au point que la justice pourrait bien se demander si l'institution n'aurait pas pu ou dû faire en sorte qu'elle ne soit pas en fonction à Orthez cet été là. Pas sûr non plus qu'Helga Wauters soit seule à comparaitre quand viendra le temps de son procès.

La famille veut comprendre comment une telle personne, un tel médecin avec un passé alcoolique aussi évident, qui a été licencié deux fois pour alcoolémie, a pu passer les filtres pour être embauché une nouvelle fois en France —Me Courtois, l'avocat de la famille de la jeune maman décédée

L'incompréhension de Maitre Philippe Courtois

Partager sur :