Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

L'Aveyronnais Mathias Echène libre : "finalement, il faut faire confiance à la justice"

-
Par , France Bleu Occitanie

Après avoir été incarcéré pendant presque quatre ans à l'étranger, Mathias Echène va pouvoir rentrer en France. Il a accordé un entretien à France Bleu Occitanie. Il parle de ses enfants, "sa priorité absolue", des périodes horribles qu'il a traversées et de son envie de revenir, qui sait, à Rodez.

Mathias Echène ce mercredi à la sortie du tribunal à Hong Kong.
Mathias Echène ce mercredi à la sortie du tribunal à Hong Kong. - ME

Mathias Echène est libre. L’homme d’affaires a été blanchi après trois ans et demi de prison à l’étranger, en Indonésie puis à Hong Kong. Il était poursuivi pour un désaccord commercial avec des entrepreneurs chinois avec qui il a construit des hôtels de luxe à Bali dans les années 2000. En tout, le bras de fer aura duré neuf ans, avec des procès en France et à l’étranger. Après son acquittement, l'Aveyronnais revient sur cette épreuve. 

Quel sentiment vous avez alors que vous venez d'être blanchi ? 

De toutes ces années de cauchemar, ce que j'en retire, c'est que finalement, il faut faire confiance à la justice. J'ai eu plusieurs procès en France face à ces ennemis milliardaires qui m'ont fait cette horreur depuis neuf ans. Ils m'ont fait des procès trois fois de suite. En France aussi, ils ont perdu trois fois. 

On arrive donc au terme d'un processus horrible, mais qui devait s'achever comme ça. Alors évidemment, si j’avais dû dormir en prison ce soir, je crierais à l'injustice. Mais ce n'est pas le cas. Le juge qui a rendu son verdict aujourd'hui nous a quand même expliqué pendant une heure et quart comment il était arrivé à son verdict. C'est un procès long. Ça a été un procès fleuve épuisant, mais à la fin du compte, la justice a été rendue et je suis heureux. 

Mathias Echène : "De toutes ces années de cauchemar, ce que j'en retire, c'est que finalement, il faut faire confiance à la justice."

Je vais retrouver mes enfants, c'est ma priorité absolue. J'ai l'intention de rentrer la semaine prochaine à Paris.

Quel est votre programme maintenant ? 

Je vais retrouver mes enfants qui ont subi ces horreurs pendant neuf ans, n'auraient jamais dû être mis là-dedans et souffrir du regard de leurs camarades qui disaient « ton père est en prison ». Tout ça, c'est fini. C'est derrière et moi, je suis un éternel optimiste. Donc je regarde en avant et je n'ai qu'une hâte : recommencer à vivre

Je vais retrouver mes enfants, c'est ma priorité absolue. En tout état de cause, je peux rentrer dans les jours qui viennent et j'ai l'intention de rentrer la semaine prochaine à Paris. Et puis me poser, réaliser ce que c'est que la liberté après trois ans et demi. Et puis reprendre une activité professionnelle.

À Hong Kong, j’étais coupé du monde, donc coupé de mes enfants.

Quelle a été la période la plus difficile pendant ses trois ans et demi ? 

Ça a été après mon extradition à Hong Kong. Je me suis retrouvé à Hong Kong en septembre 2019. Et là, non seulement j'étais en prison, mais en plus, contrairement à l'Indonésie, je n'avais plus accès à Internet. Je n'avais plus de téléphone. J’étais coupé du monde, donc coupé de mes enfants. Il y avait aussi le virus. Les audiences étaient suspendues, les visites interdites. Donc j'étais complètement coupé du monde. C'était horrible. 

Vous êtes senti soutenu par la France  ? 

Cela été remarquable. Des gens qui sont allés bien au-delà même de leurs attributions dans le cadre de la Convention de Vienne. Par exemple, j’avais le droit à un coup de fil toutes les semaines par la chef de chancellerie de Hong Kong qui me lisait les lettres de mes enfants, de mes sœurs, de ma famille. À un moment, je ne sais plus qui dans ma famille a posé une question au consulat de Hong Kong. On lui a répondu : «Vous savez Mathias Echène est le détenu français à l'étranger dont on s'occupe le plus ». Et je pense que c'est vrai.

On m'a dépossédé de manière complètement injuste et brutale du palais épiscopal de Rodez

Et vous avez des projets professionnels ? 

J'ai quitté la France en juillet 2017. J'étais à la tête d'un projet magnifique à Rodez, en Aveyron, dont je suis originaire, où l'idée, c'était de transformer l'ancien palais épiscopal en hôtel. On m'en a dépossédé de manière complètement injuste et brutale. Alors, je pensais qu’ils allaient en faire quelque chose de magnifique ou au moins de lui donner vie. Et puis, j'apprends que ce bâtiment, ce magnifique château en pleine ville est à l'abandon. Portes fermées. Personne ne s'en occupe. Plus rien. Alors oui, évidemment, la tentation est grande d’y retourner car un contrat qui a été signé pour 99 ans. Cela pourrait être une piste. Mais ce n’est qu’une piste. » 

Mathias Echène depuis Hong Kong

Choix de la station

À venir dansDanssecondess