Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Mauvaise blague: un post Facebook évoque une fusillade dans les rues de Bourg-les-Valence

dimanche 31 juillet 2016 à 5:46 Par Nathalie Rodrigues, France Bleu Drôme Ardèche

Une publication sur un site de canulars belge a suscité l'inquiétude. Le message diffusé ce samedi parle de tirs avec armes de guerre, d'attaque à Bourg-les-Valence dans la Drôme. Une enquête est ouverte pour identifier les mauvais plaisantins.

De nombreuses rumeurs circulent sur les réseaux sociaux.
De nombreuses rumeurs circulent sur les réseaux sociaux. © Radio France - Captures d'écran

Bourg-lès-Valence, France

Il faut se méfier de ce qu'on trouve sur les réseaux sociaux. Ce samedi, en fin de matinée, un post Facebook annonce des tirs d'armes de guerre, dans les rues de Bourg-les-Valence (Drôme). On y parle d'une attaque, de plusieurs blessés graves, d'une intervention des forces de l'ordre. Le tout avec pas mal de fautes d'orthographe.

Comme on peut s'en douter, beaucoup ont dû croire à un nouvel attentat. Sauf qu'au même moment, dans les rues de la ville drômoise, c'est le calme plat. En fait, cette publication est complètement fausse. Elle a été fabriquée via un site de canulars belge. On peut y "créer ses propres blagues pour piéger ses amis".

Dans le contexte actuel, ça n'a pas du tout fait rire les autorités. Le parquet de Valence a ouvert une enquête pour retrouver le ou les mauvais plaisantins.

L' affaire s'annonce compliquée, il va falloir demander des renseignements directement au site internet belge. Mais s'il est identifié, l'auteur de cette sinistre blague encourt 2 ans de prison et 30 000 euros d'amende, pour la diffusion de fausses informations.