Infos

Médecine d'urgence : l'héritage de la bataille de Verdun

Par Mohand Chibani, France Bleu Lorraine Nord et France Bleu Sud Lorraine lundi 10 octobre 2016 à 6:00

La Croix Rouge : un héritage de la bataille de Verdun
La Croix Rouge : un héritage de la bataille de Verdun © Maxppp - maxppp

Le SAMU, la Croix Rouge, la Protection Civile, tout est parti de la bataille de Verdun en 1916 selon des experts réunis ce week end sur les sites de mémoires de la Meuse pour des journées pédagogiques.

Dans le cadre des commémorations du centenaire de la bataille de Verdun, des journées pédagogiques intitulées "Verdun terre de santé" étaient organisées ce week-end sur les sites où se sont déroulés les combats les plus meurtriers. Les participants ont ainsi pu suivre un parcours retraçant l'itinéraire d'un poilu blessé, depuis la ligne de front jusqu'à son évacuation vers l'arrière. Au delà du fait historique, il s'agissait de montrer comment, malgré les morts, la bataille de Verdun est à l'origine d'un immense progrès en matière de prise en charge des blessés et de l'organisation des soins d'urgence. Les nouvelles méthodes appliquées pour la première fois en 1916 ont donné naissance plus tard au SAMU, à la Protection Civile et de façon générale à un savoir faire qui a fait ses preuves notamment lors des attentats de Paris en novembre dernier.

La bataille de Verdun a fait plus de 700 000 victimes - Radio France
La bataille de Verdun a fait plus de 700 000 victimes © Radio France - Mohand Chibani

C'est triste mais les morts font avancer la science

Le docteur Marie Andrée Roze Pellat, ancien responsable du service d'Odontologie de l'institution nationale des Invalides à Paris, vice présidente de la fondation des gueules cassées est l'une des organisatrices de ces journée et pour elle la chaîne de soins telle qu'on la connait aujourd'hui a pour origine la bataille de 1916 à Verdun "Tout est parti de 1916, on s'est aperçu devant la quantité de morts et de blessés qu'il fallait réorganiser l'approche du service de santé au plus près du blessé, ce qui n'était pas le cas auparavant. Donc il y a eu une mobilisation générale du corps de santé, civil et militaire, ce qu'on appelle maintenant la médecine et la chirurgie de l'avant pour que les praticiens soient au contact du blessé, au plus près du front de façon à porter les premiers secours et ensuite à les évacuer vers les hôpitaux de l'arrière. La médecine de l'avant a débouché sur le SAMU, sur les pompiers, sur la Croix Rouge, sur la Protection civile. La guerre fait avancer! c'est triste mais les morts font avancer la science".

Le docteur Marie Andrée Roze Pellat, vice présidente de la fondation des" Gueules cassées"

un poilu de la Grande Guerre - Radio France
un poilu de la Grande Guerre © Radio France - Mohand Chibani

Verdun est une terre de mort mais de la mort surgit la vie

Jean Paul Amat est professeur émérite à l'Université Paris Sorbonne, historien, il travaille depuis 30 ans sur les champs de bataille de Verdun et pour lui pas de doute, l'organisation des secours telle qu'on l'a observé lors des attentats de Paris en novembre dernier est un pur héritage de la bataille de 1916 "Verdun est une terre de mort mais de la mort surgit le vie, Verdun est un lieu où on a tiré de l'expérimentation en direct, in vivo. On a développé des techniques, des stratégies, des concepts de traitement comme par exemple le médecin au plus proche du blessé. L'organisation des secours suite aux attentats du Bataclan, tout ceci provient pour une grande part de la bataille de Verdun"

Jean Paul Amat, historien de la Grande Guerre

Dans le cadre de ces journées pédagogiques, les participants étaient invités à suivre un parcours du blessé sur le front, l'itinéraire allait de la relève au triage médico-chirurgical et à l'évacuation vers l'arrière.

Partager sur :