Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Mediator : plusieurs victimes déjà indemnisées dans le Poitou

mercredi 10 avril 2019 à 18:03 Par Baudouin Calenge, France Bleu Poitou

115 millions d'euros, c'est le montant des indemnités d'ores et déjà versées par les laboratoires Servier à certaines victimes du Médiator. 3.600 malades ont ainsi conclu un accord amiable, parmi lesquels plusieurs Poitevins.

Prescrit pendant plus de 30 ans à cinq millions de personnes en France, le Mediator, un antidiabétique largement utilisé comme coupe-faim, est tenu pour responsable de centaines de morts
Prescrit pendant plus de 30 ans à cinq millions de personnes en France, le Mediator, un antidiabétique largement utilisé comme coupe-faim, est tenu pour responsable de centaines de morts © Maxppp - Jean Francois Frey

Poitiers, France

En moyenne, les laboratoires Servier ont versé près de 32.000 euros aux 3.600 victimes qui ont choisi d'abandonner les poursuites pénales en échange d'une indemnisation. Dans le Poitou, une petite dizaine de malades ont ainsi transigé via leur avocat Me Gaborit. Ils ont perçu des indemnités très variables et correspondant au préjudice subi en ayant pris cet antidiabétique largement utilisé comme coupe faim.

Ces victimes, défendues par l'avocat de Poitiers, ont ainsi obtenu entre 7.000 et environ 300.000 euros de dommages et intérêts. Sommes perçues pour certains il y a six ans maintenant. Une démarche que ces malades ont préféré à une longue attente : le procès doit s'ouvrir le 23 septembre, soit dix ans après l'interdiction par les autorités de santé de ce médicament qui a fait des centaines de morts en France. 

Mais ce qui a joué aussi pour ces victimes poitevines, c'est "qu'elles avaient la certitude qu'il y aurait ce procès pénal via d'autres victimes qui ont elles choisi d'aller au bout de la procédure", précise l'avocat.