Faits divers – Justice

Médoc et Blayais : un réseau d'escrocs bancaires démantelé

France Bleu Gironde jeudi 12 février 2015 à 12:12

Les comptes bancaires étaient ouverts sous de fausses identités

Lundi, dix personnes ont été interpellées par les gendarmes de la Gironde. Elles sont soupçonnées d'avoir ouvert des comptes bancaires sous de fausses identités. Préjudice estimé à plus de 300.000 euros, avec 160 victimes recensées.

Les compagnies de gendarmerie de Blaye, Lesparre-en-Médoc et Jonzac ont interpellé dix personnes lundi et mardi après avoir enquêté plusieurs mois.

Les suspects ouvraient de faux comptes en banque ce qui leur permettait de se procurer toutes sortes de marchandises avec des chèques en bois (321 en tout) ou par cartes bancaires, sur des comptes ouverts sous de fausses identités

Pour le moment, 160 victimes ont été identifiées pour un préjudice évalué à 220.000 euros . Ce sont des commerçants ou des entreprises vendant sur Internet, aussi bien en Gironde que sur l'ensemble du territoire français voire même à l'étranger, comme en Belgique. Le travail d'identification des victimes n'est pas encore terminé puisque le montant total du butin est évalué à 330.000 euros. 

Téléviseurs, éléctro-ménager, grands crus achetés cash ou à crédit

Ces dix personnes arrêtées  dans le Médoc, le Blayais et à Jonzac en Charente-Maritime appartiennent à une même famille de gens du voyage sédentarisés. L'enquête est partie de Saint-Vivien de Médoc pour une histoire de chèque en bois avant que la companie de gendarmerie de Lesparre ne mette en place une équipe dédiée à cette affaire. Les cinq enquêteurs ont fini par mettre à jour ce réseau familial très bien organisé, qui se faisait livrer les marchandises achetées fauduleusement, cash ou à crédit, à de fausses adresses. Cela allait de téléviseurs dernier cri à du carrelage, de l'électro-ménager, en passant par du champagne ou des grands crus, tout cela apparemment à usage personnel. Et ce petit manège durait depuis un an et demi. 

Huit des dix personnes interpellées comparaîtront devant le tribunal correctionnel de Bordeaux le 2 avril. Elles seront poursuivies pour escroquerie en bande organisée, blanchiment et recel .