Faits divers – Justice

Mehun sur Yèvre : une famille veut connaître toute la vérité sur la mort d'une pensionnaire de la maison de retraite

Par Michel Benoît, France Bleu Berry et France Bleu jeudi 18 mai 2017 à 18:30

Armel Paris vient de saisir le procureur de la république de Bourges pour éclaircir les circonstances de la mort de sa grand-mère.
Armel Paris vient de saisir le procureur de la république de Bourges pour éclaircir les circonstances de la mort de sa grand-mère. © Radio France - Michel Benoit

Une famille porte plainte contre la maison de retraite "Les rayons de soleil" à Mehun sur Yèvre : la petite-fille d'une résidente décédée en décembre 2015 vient de saisir le procureur de la république de Bourges.

Armel Paris veut connaitre précisément les conditions du décès de sa grand-mère, Jeanne, âgée de 94 ans, dans cette EHPAD de Mehun-sur-Yèvre. Officiellement, la vieille dame est morte dans son sommeil. Mais voilà, dix mois après ce décès, une employée de la maison de retraite a contacté la famille en lui expliquant que la retraitée avait chuté de son lit.

Depuis, octobre dernier, la petite-fille de cette résidente remue donc ciel et terre pour qu'on fasse toute la lumière sur cette mort qui lui apparait effectivement suspecte. D'emblée, Armel, infirmière de profession, avait eu un doute sur cette thèse officielle ; Elle avait remarqué des traces suspectes sur la tête de sa grand-mère : des pétéchies ne collent pas vraiment avec une mort par infarctus comme l'a décrite le médecin cette nuit là.

Aujourd'hui, la famille dispose de trois témoignages, des salariés de la maison de retraite, présents dans la chambre qui affirment que la vieille dame a été découverte, la tête en bas, les pieds coincés dans le bas-flanc de son lit. La famille n'en veut pas à la directrice de la maison de retraite pour cette chute, mais pour lui avoir caché ce qu'elle pense être la vérité. L'agence régionale de santé s'en est tenue à une simple observation à la maison de retraite, sans relever de manquements graves. La famille se sent abandonnée : la plaie est toujours vive, 18 mois après ce décès.